Conseils voyages, Etats d'âme, Etats-Unis, Travel Geek

USA : les choses du quotidien qui déroutent

Je n’ai pas la prétention d’aborder les différences culturelles profondes entre la France et les Etats-Unis, juste celles que l’on remarque rapidement en passant quelques temps dans le pays !

« Water, no ice please! »

Une formule que vous vous entendrez dire souvent, au restaurant. Les Américains ont une folle passion pour les glaçons. Que ce soit dans le jus d’orange, l’eau, le coca, les cocktails, vous serez noyés sous les glaçons. Ne vous méprenez pas, j’aime les glaçons, en été ça rafraîchit, mais aux Etats-Unis, c’est un sport national, all year long.

Ce qui explique une autre passion : celle des pailles ! Bah oui, les glaçons contre les dents, ça fait mal…

La déficience de la tuyauterie

On dit souvent qu’il ne faut pas juger les différences culturelles : ce n’est pas forcément mieux ou moins bien ailleurs, c’est différent… Je peux vous assurer que les Etats-Unis sont un pays qui souffre d’une grave déficience de l’efficacité tuyautière. Prendre une douche relève du défi permanent : le pommeau de douche est fixé au mur, et il faut toujours passer par le froid pour accéder à l’eau chaude. En résumé :

  • Si tu veux pas te mouiller les cheveux, bah tu te les mouilles quand-même (ou alors il faut acheter un bonnet de bain, so sexy)
  • Si tu veux juste te laver les pieds, fais le dans l’évier, ça sera plus simple, hein
  • Si tu veux profiter de l’eau chaude, va falloir te contorsionner pour éviter le premier jet d’eau glacée
  • Si tu veux régler la puissance de l’eau, tu peux pas

Je n’aborde même pas le sujet des toilettes : l’eau dans la cuvette est extrêmement haute et la pression de la chasse inexistante. Je vous épargne les détails mais… WHAT’S WRONG WITH YOU, AMERICA?!

Les lave-linge et sèche-linge sont aussi des broyeurs

N’étant pas très au fait de la mode et n’aimant pas spécialement faire les magasins, je conserve les même vêtements plusieurs années. Cependant, il a suffit de quelques mois aux Etats-Unis pour devoir me débarrasser d’habits que je possédais depuis très longtemps, tout simplement parce qu’ils ont été mangés, troués et déchiquetés par la machine. Il aura suffit d’une petite dizaine de lavages pour en venir à bout ! La faute aux machines à tambour par dessus ?

En parlant de ça, je n’ai toujours pas compris pourquoi avoir un broyeur dans l’évier de la cuisine. Non, vraiment, je me pose sincèrement la question de l’utilité ?

On double par la droite

Il y a quelques années, j’avais loué une voiture pour descendre la côte est. J’avais déjà conduit aux Etats-Unis, mais plutôt dans l’ouest et en évitant les métropoles et la circulation dense. Sur la côte est, de Boston à Washington, c’était une autre expérience… Angoissante. J’ai passé mon temps à insulter tous les chauffards qui me doublaient par la droite, sur les highways. Bah oui ! Sur une 3 ou 4 voies, on ne double pas comme ça ! A priori, ce n’est pas permis dans le code de la route américain, mais c’est comme si ça l’était !

Si vous clopez, vous êtes mal barrés

Encore une fois, ne vous méprenez pas, je n’aime pas la fumée de clope, je n’aime pas que l’on fume dans les lieux clos ou dans n’importe quel endroit où cela peut gêner quelqu’un. La loi Evin est un progrès magnifique. Mais faut p’tete pas déconner non plus : dans certaines villes, on ne peut pas fumer dans certains lieux publics (par exemple les parcs) ou à moins de 23km d’une crèche ou d’une école, et, la clope a même été bannie dans une municipalité du MassachussetsYeaaah sure, la prohibition ça avait si bien marché !

La bouffe, ah, la bouffe…

Si c’est votre premier voyage aux USA, je vous laisse halluciner ! Je ne parle bien sûr pas de la bonne bouffe américaine, mais de la qualité globale des produits, de la difficulté d’accès aux produits frais, des snacks and co… Manger des saloperies puis faire du sport comme un fou pour compenser… Ce pays est malade, et je n’ai toujours pas changé d’avis !

La chaleur, la  gentillesse et l’accueil des Américains

En allant au resto, vous entendrez volontiers des « honey« et autres « sweetie » (surtout dans le Sud des USA). Ajoutez à cela des serveurs et commerçants souvent cordiaux, souriants. Un SAV sans pareil. Les Etats-Unis sont un super pays où être touriste, et les Américains extrêmement accueillants. Je parle du point de vue de la touriste et non de l’immigré, où, les relations sont bien différentes et souvent jugées superficielles.

Les taxes et les tips

J’écris surtout ce paragraphe pour les personnes n’ayant pas encore mis les pieds aux USA ou au Canada, mais les prix inscrits sur les étiquettes des supermarchés ne sont pas TTC. Si vous avez prévu exactement le bon change pour payer à la caisse, la somme ne sera probablement pas bonne et augmentée par les taxes ! De même, aux Etats-Unis, le service dans les restaurants et bars n’est pas inclus dans le prix. En fin de repas, il faut ajouter le « tip » (traduit par pourboire, mais c’est plutôt le service), de l’ordre de 10 à 20 % de la note, (ou pas du tout si le serveur a été odieux, vous a insulté et vous a écrasé une tarte à la crème sur le nez). Je tippe généralement très généreusement (parce que je suis en vacances, après tout) avec 18 %. Pas de tip obligatoire dans les fast food où les cafés où vous êtes servis au comptoir (sauf dans les bars), mais il y aura toujours une petite tirelire.
Faites bien attention que l’on ne vous fasse pas payer le tip pas deux fois : voyant que vous êtes étrangers, c’est possible que certains serveurs prennent cette liberté. Ne vous laissez pas faire et n’hésitez pas à dire que vous voulez vous-même choisir le montant du tip et que l’on ne peut pas vous l’imposer… Il m’est arrivé qu’un barman ne me rende pas ma monnaie pour cette raison. No way!

L’accès à des toilettes de partout

C’est peut-être trivial, mais pour une pisseuse comme moi, c’est essentiel. Même si les villes françaises ont fait énormément d’efforts (j’ai été bluffée par la présence de toilettes auto-nettoyantes à tous les coins de rue à Paris, récemment), je ne me sens pas aussi sereine que lorsque je suis dans une ville américaine. Vous pourrez trouver des toilettes gratuites et accessibles de partout en ville : cafés, McDo, librairies… Pas forcément besoin de consommer (même si, dans les cafés indépendants, je prends toujours un petit quelque chose, alors que dans les chaînes… non !). Et vous voulez savoir le pire ? Elles sont propres ! Et il y a du papier ! Oui, du papier !
J’ai même vu, dans un visitor center d’une forêt nationale en Arizona, un panier avec des tampons, serviettes hygiéniques et lingettes gratuites à disposition O_O. USA, les femmes vous remercient.

Ok pour une balade, mais jamais sans mon café à la main

Une habitude que l’on adopte tellement vite… Tout le monde a toujours un gobelet de je-ne-sais-quoi, à la main, dans la rue. Grand, le gobelet. Je vous laisse observer.

Je me rends compte que Mathilde avait déjà écrit un article à ce sujet, (et je reprends les mêmes curiosités qu’elle ! ;) ) ! Isabelle de From Side to Side a également abordé la question. Bonne lecture !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

15 Commentaires

  • Envoyer Johanna 14 novembre 2014 at 14:36

    Certes choses s’appliquent parfaitement au Canada, preuve qu’on est bien en Amérique du Nord, même au Québec.
    En fait, elles s’appliquent toutes, mais je ne voudrais pas vexer nos amis canadiens en les comparant à des Étasuniens. :)

    • Envoyer isa 14 novembre 2014 at 14:39

      C’est vrai que les « grandes lignes » sont exactement les mêmes au Canada. Le Québec a quand-même tout un tas de particularités « entre deux », heureusement :D (on y mange mieux plus facilement…)

      • Envoyer Johanna 14 novembre 2014 at 16:30

        Ouais, mais quand t’es au Québec avec des anglo toute la journée… :D

        Mais, oui, on mange très bien si on le veut ici par contre!

  • Envoyer isabelle 14 novembre 2014 at 15:30

    merci d’avoir mentionné mon article : en fait, depuis, j’en ai même écrit un autre sur mes 20 habitudes de vie qui ont changé, article écrit sans même savoir que Mathilde avait aussi écrit celui-la .. pourtant je vais souvent sur son blog .. comme quoi, on a toutes les mêmes préoccupations mais pas toujours de la même façon .. comme toi c’est un gros changement .. le broyeur sous l’évier, c’est pas mal pour les épluchures, si tu cuisines …

    • Envoyer isa 14 novembre 2014 at 15:33

      Difficile d’avoir les yeux de partout ! :D
      Pour le broyeur, je me suis toujours demandée si ça rendait pas l’épuration de l’eau encore plus compliquée avec des débris supplémentaires dedans ! Bon, l’idéal ça reste de composter… :)

  • Envoyer Lucile 14 novembre 2014 at 16:44

    Haha pour la tuyauterie ! En effet, je pète les plombs dans les douches (se laver les cheveux relève de l’exploit).
    Sinon pour les gobelets, c’est peut être une ruse unanimement adoptée… Sachant que tu risques une amende si tu te promènes avec une bière, j’ai pris l’habitude de la verser dans une cup afin de la boire dans la rue !

    • Envoyer isa 17 novembre 2014 at 09:24

      Attention Lucile, bientôt la bouteille de whisky dans un sac en papier brun… :D

  • Envoyer Mathilde 14 novembre 2014 at 17:05

    Hello Isa !
    Merci pour la mention de mon vieil article ! Je l’avais écrit en réponse à une blogueuse américaine qui vit en France, et s’en était suivi une ribambelles de réponses de la part de blogueuses US – je pense notamment aux New yorkaises, comme Jeanne, etc. c’était sympa de lire ce qui amuse/énerve les unes les autres.
    Bref ! Pour le broyeur dans l’évier, c’est super utile !! je m’y suis complètement habituée à broyer les trucs qui traînent dans le fond de l’évier.
    Pour la bouffe, je te trouve un peu dure… peut-être parce que je ne fais plus attention aux 13450 possibilités de snacks, je trouve quand même qu’on mange excellemment bien aux USA, qu’il y a pas mal de choix de fruits et légumes – mais c’est sans doute car je vis dans une grande ville. En road trip, on se retrouve facilement à manger des chips et du trail mix…
    A++

    • Envoyer isa 17 novembre 2014 at 09:22

      Salut Mathilde ! Je n’avais pas fait gaffe aux dates de ton article, bon, ce que l’on peut dire, c’est que tout est toujours d’actualité ! :D J’adore lire les différences culturelles de l’autre côté, également, notamment sur le blog de http://ouiinfrance.com/. C’est passionnant !
      Pour la bouffe, c’est vrai que tu vis dans une grande ville, donc tu as un accès assez facile aux produits frais, mais je n’en démordrai pas : tous les produits manufacturés sont à bannir tant le standard de qualité est bas… :( Même pour les fruits et légumes, par exemple, le standard du bio industriel aux USA (quand je dis industriel, c’est à dire pas du bio que tu vas chercher au farmers market, encore que, c’est pas forcément un gage de qualité), c’est quasi l’équivalent de l’agriculture raisonnée ici, par exemple (en terme d’apport d’intrants et d’autres régulations beaucoup plus relax). Un exemple tout con : http://www.forbes.com/sites/nadiaarumugam/2012/10/25/why-american-eggs-would-be-illegal-in-a-british-supermarket-and-vice-versa/

  • Envoyer Zhu 17 novembre 2014 at 03:53

    Tout pareil pour le Canada :-)

    Je hais les glaçons dans les boissons. Putain, faut déjà assez froid comme ça, les gars… et on ne te donne même pas une paille ici.

    Par contre, j’aime les douches ici. Je trouve toujours la plomberie vieillotte en France, mais c’est peut-être juste mon expérience. Ici, les cabines de douche sont grandes et on a de l’eau chaude, pas comme chez moi où deux douches plus tard, c’est eau froide pour tout le monde.

    Idem, j’adore le fait qu’il a des toilettes propres et accessibles partout. C’est génial, ne serait-ce que pour se laver les mains (et quand t’as un gosse…).

    Aucun problème chez nous avec les machines à laver et sécheuses.

    Ah oui, la clope… le Canada est super strict aussi. Je respecte tout le monde, mais ça me reste quand même en travers de la gorge de ne pas pouvoir en allumer une en terrasse en plein air où dans un parc (et je ne jette pas mes mégots n’importe où…).

    • Envoyer isa 17 novembre 2014 at 09:04

      Tout pareil, du peu que je fume, je regarde toujours par dessus mon épaule « Est-ce que je peux fumer là ? On me regarde de travers, non ? Je vais me faire arrêter ?? » :-D

  • Envoyer Mathieu 20 novembre 2014 at 10:14

    Merci Mathilde pour ce superbe articles, je reconnais bien là les bonnes habitudes américaines ! ^^ J’ai aussi un problème avec l’eau dans la douche, ce jet d’eau froide me donne un vrai coup de fouet tous les matins ! Par contre les toilettes, j’ai vraiment beaucoup de mal à m’y faire ! :)

    • Envoyer isa 20 novembre 2014 at 10:18

      Moi c’est Isa, Mathilde est ici : http://www.maathiildee.com/ :D
      Rha je ne peux me faire ni à l’un ni à l’autre… Je DETESTE l’eau froide !!

  • Envoyer Il est 20h à LA 3 décembre 2016 at 21:22

    Merci pour ton article qui m’a bien amusé ! J’ai rencontré les mêmes problèmes avec la glace, la bouffe, les douches, le lave-linge. J’ai fini par investir dans un lave-linge à l’européenne et je me demande sérieusement si je ne vais pas rapporter de la plomberie dans mes valises, mais la bouffe reste un vrai problème (je vis dans une petite ville, ça serait différent dans une métropole) Par contre, j’ai quelques remarques à faire : il n’y a pas de code de la route américain, c’est par état et dans les états où j’ai vécu c’est autorisé de doubler par la droite. Et pour le broyeur, je ne l’utilise pas beaucoup, mais dans la notice, ils disent que c’est meilleur dans l’environnement de mettre les épluchures dans les eaux usées que dans les poubelles normales (pas de recyclage là où j’habite). Après, difficile de savoir si c’est vrai, ils ont tout intérêt à mettre en avant leur produit !

    • Envoyer isa 5 décembre 2016 at 09:50

      Merci pour les précisions !
      Pour le broyeur, alors je n’y crois du tout, en effet ! Cela fait un tel boulot supplémentaire aux stations d’épuration, pour rien, finalement ! Alors que le compostage, bon, cela produit sans perte énergétique… :) Je serais ravie d’en savoir plus quand même…

    Envoyer un (gentil) commentaire