Etats d'âme

Le goût de mes voyages

Je fais partie de ces gens qui ne demandent qu’une chose à leurs proches lorsqu’ils rentrent de voyage : « Vous avez bien mangé ? Vous avez bien bu ?! ». Je suis typiquement française. Plus d’une fois, j’ai choisi une destination en fonction de la richesse gastronomique qui allait m’attendre. Je ne ramène jamais des souvenirs de mes voyages mais je dévalise les supermarchés et les épiceries fines ! J’organise d’ailleurs toujours une soirée thématique « Venez donc bouffer ce que j’ai ramené » avec mes amis, en rentrant.

La bonne bouffe, c’est super important, pour moi. Mais quand je dis bonne bouffe, c’est pas seulement des bons plats ou des bonnes recettes, c’est surtout de bons produits, qualitatifs et authentiques. En bref, vous l’avez compris, je suis une bonne vivante et j’ai le palais difficile… Année après année, voyage après voyage, mes traditions culinaires voient arriver des petits nouveaux, issus de mes voyages et de mes découvertes. Certains ne restent que très peu de temps, d’autres sont installés depuis des années, et ne sont pas près de bouger.

Le goût de mon enfance

Toute la cuisine espagnole, évidemment, celle du Sud de l’Espagne. La paëlla, les tapas mariscos (mais aussi toutes sortes de serrano !), le limon granizado, les glaces au leche merengada, au turrón et à la nata… Je cuisine tout au safran et à l’huile d’olive, je n’achète que des chips frites dans l’huile d’olive et je n’achète que des olives vertes provenant d’Espagne. Une fois par mois, je vais en périphérie de Lyon pour faire mes courses dans un magasin espagnol où l’on peut acheter des produits d’importation. C’est mon seul écart à mon mode de vie d’achat local !
Je soupçonne qu’il y ait plus d’huile d’olive dans mon sang que de globules rouges. Vous mixez ça avec un héritage culinaire maternel purement français, et vous obtenez une cuisine tantôt franchement franchouillarde, tantôt franchement espagnolouillarde. Frangnole, alors ?

Le goût du Vermont et du Maine

Je n’avais jamais goûté au sirop d’érable avant ma première incursion aux États-Unis, dans le Vermont, en 2008. À l’époque, les produits nord-américains étaient moins en vogue qu’aujourd’hui et on n’en trouvait finalement pas si facilement que ça. Et puis, le sirop d’érable était tellement loin de ma tradition culinaire que je n’y pensais même pas. Je n’ai pas eu une révélation tout de suite, j’ai trouvé ça bon, sans plus, jusqu’à ce que je découvre le sirop d’érable clair, doux et subtil…

Le goût du Southwest

De la cuisine mexicaine, je ne connaissais rien. Je n’avais même jamais mangé d’avocat de ma vie, tant ce fruit n’entrait pas dans mon schéma culinaire familial… Aujourd’hui, c’est le seul fruit exotique que je m’autorise, tant j’en suis accro… Au Bit n’Spur de Springdale, en Utah, j’ai découvert le guacamole de la vie, le meilleur guacamole du monde, celui qui se déguste en regardant le coucher de soleil sur le canyon (ça aide à l’apprécier). J’y ai aussi découvert la salsa, la sauce épicée (c’est d’ailleurs là que j’ai commencé à connaître et aimer le piment). Aujourd’hui, le guacamole fait partie de ma vie hebdomadaire, en saison, impossible de m’en passer ! La recette du Bit n’Spur est un secret de polichinelle, mais puisque vous êtes vraiment gentils, je vous la transmets (je suis comme ça, moi, une fille sympa !) :

2 avocats + le jus d’un demi-citron (de préférence un citron vert) + une tomate coupée en dés + un gros oignon frais + beaucoup de coriandre fraîche + un peu de piment doux + du piquant ! (j’utilise une sauce épicée toute faite, mais n’importe quel piment pourrait faire l’affaire). Pilonnez ou mixez, et vous voilà avec le goût du paradis.

Le guacamole, c’est aussi mon seul apport de « légume » lorsque je pars en long road trip en Utah. C’est le seul produit frais que je m’autorise facilement et que l’on trouve de partout (dans tout le Southwest, même dans les petits supermarchés miteux, on trouve la marque Wholly Guacamole, qui est ex-ce-llen-te). Ça change un peu des nouilles chinoises…

Le goût de Vancouver

Je suis étonnée de retrouver Vancouver dans cet article, ville que je n’avais pas du tout, du tout appréciée. Mes 10 jours là-bas ont été égayés par une seule chose : les sushis. Ou plus précisément, la douzaine de sushis à 5 $ et quelques. Le bonheur absolu… J’y ai découvert les makis à la patate douce, que je n’avais jamais vus en France, et ça a été une révélation inattendue. Je rêve d’en retrouver ! Comme quoi, même dans les expériences de voyage les plus décevantes, on peut y trouver quelque chose de positif.

Le goût de Montréal

Montréal a été le premier endroit où j’ai vécu à l’étranger de ma vie d’adulte. Pour quelques mois seulement, il m’était facile de me passer des douceurs françaises… J’ai vite appris à composer avec les coutumes locales et les ingrédients locaux (même si cela n’a pas été toujours facile, il faut tout faire soi-même si on veut bien manger…). À Montréal, j’ai adopté le houmous (de la marque Fontaine-Santé, bien sûr !) et les noix de cajou venant du Sud des États-Unis, dévorées par kilos (ceci expliquant les kilos en trop que j’ai ramenés en France), et qui ne sont pas une denrée chère comme elles peuvent l’être en Europe. De manière générale, j’y ai découvert le beurre végétal, quel qu’il soit (le beurre d’arachide non salé et non sucré, le beurre de cajou… mmmm !).
J’ai aussi continué sur ma lancée « passion avocat ». En revanche, si je ne buvais que de la bière (provenant des nombreuses micro-brasseries québécoises) lorsque je vivais à Montréal, je n’ai pas du tout gardé cette habitude en revenant vivre en France… Trop heureuse de retrouver du bon vin !

Le goût de la Louisiane

Si je rêve encore d’une soupe de crabe dégustée à Charleston, c’est en Louisiane que j’ai dégusté le plus de bonnes choses, au cours de mes voyages américains. Le gombo ne fait pas encore partie de ma liste de plats réalisés régulièrement… Le « café au lait frappé » (en français dans le texte), si, en revanche. Si j’ai découvert le granité de café pendant mes voyages espagnols, il est revenu de façon permanente dans ma cuisine depuis ma découverte de la Nouvelle-Orléans !

C’est amusant de voir, comme, petit à petit, mon livre de recette s’étoffe de nouvelles saveurs… Et à chaque bouchée, c’est une bouffée de souvenirs qui me submergent. Encore une belle façon de voyager en ne quittant pas sa cuisine…

 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

9 Commentaires

  • Envoyer Zhu 6 juin 2016 at 23:26

    C,est drôle, je ne connais quasiment rien de la vraie cuisine espagnol (j’imagine que les tapas dans les bars étudiants à Nantes ne comptent pas…). Du Canada, j’ai adopté l’avocat (oui, ça existe en France aussi, mais j’ai redécouvert l’avocat ici!), les English muffins, le gruau, le sirop d’érable, les sushis (je ne suis plus capable d’en manger maintenant, j’ai fait une OD de sushi après Mark…)…

    Puis aussi des goûts asiatiques, je cuisine beaucoup avec d’obscurs champignons et légumes chinois, et une passion dévorante pour les empanadas sud-américains.

  • Envoyer Mitchka 7 juin 2016 at 17:51

    haa… le sirop d’érable, j’ai découvert ça au Québec. Le dernier soir ma cousine m’en a offert une conserve, il était extraordinaire ! Depuis je n’en ai pas retrouvé d’aussi bon ici … peu-être que le goût du voyage et de la famille y faisaient beaucoup :)
    sinon, et bien moi aussi j’ai de l’huile d’olive dans les veines : on en consomme une quantité astronomique … et en parlant d’huile d’olive, un truc que j’ai découvert en Andalousie ce sont les petits dej. pain tomate, huile, ail : une tuerie. Bon j’ai arrêté l’ail dès le 2e matin parce que ça me défonçait l’estomac mais j’adore !!

  • Envoyer Tania 21 juin 2016 at 06:24

    Moi ce qui me manque c est ma capirinha quotidienne, la meilleure au soleil du Brésil comme en novembre dernier.
    Que dire des margarita californiennes xxl et des tacos, oui en Californie j ai surtout mangé mexicain en attendant d aller un jour au Mexique

    • Envoyer isa 24 juin 2016 at 07:58

      Ah oui, je comprends… Je ne mange quasi que mexicain dans l’ouest américain également ! (et là tu me fais saliver de bon matin !)

  • Envoyer Frenchie au Canada 23 juin 2016 at 22:56

    C’est marrant, des que j’ai vu Vancouver j’ai immediatement pense au sushis :) Par contre moi j’ai bien aime cette ville

    • Envoyer isa 24 juin 2016 at 07:55

      C’est quand même LE gros avantage de cette ville ! :D

  • Envoyer voyage Cambodge 29 juillet 2016 at 03:48

    C’est toujours génial de découvrir les spécialités culinaires d’autres pays

  • Envoyer bonne-valise.fr 22 août 2016 at 04:33

    Merci pour la recette du Bit n’Spur ça donne l’eau à la bouche !
    Moi aussi j’adore découvrir la cuisine étrangère lors de mes voyages !!

    • Envoyer isa 22 août 2016 at 13:58

      Bon guacamole ! :) C’est encore la saison des apéros… :)

    Envoyer un (gentil) commentaire