L'exotisme canadien

L’exotisme canadien #5: les produits laitiers, des sensations…

Bon, non, je vais pas vous emmerder avec ce slogan qui nous a tous hanté des années durant. Une autre grande différence notable ici est l’immmmense rayon de laits de toute sorte que l’on nous propose dans les supermarchés : lait à 1%, lait à 2%, crème à café, crème à cuire à 15 ou 30%, crème sûre (sour cream : une crème aigre que je n’ai pas encore eu le loisir d’utiliser et qui, d’après les recettes que j’ai pu voir, sert principalement de condiment) et encore, j’en passe un paquet! L’énorme différence réside cependant dans le mode de conservation du lait : il est impossible ici de trouver du lait  « classique » UHT, qui se conserve pendant 3 mois. Je pensais que c’était une spécificité nord-américaine mais apparemment c’est encore plus répandu au Canada (chouette, ça entre bien dans le titre de mon sujet) mais ici, dans les supermarchés, il faut chercher le lait au frais, car il est micro-filtré (on sépare la crème du lait, on vire les bactéries, puis on remet la crème dans le lait selon les proportions voulues). Je trouve que le lait microfiltré est beaucoup plus digeste (en tout cas, pour moi) et semble être un peu plus pur… Avoir un goût un peu plus proche du lait cru! D’ailleurs, les américains qualifient souvent notre lait UHT de « gross! » quand ils le voient stockés pendant des mois!
C’est peut-être pour ces raisons qu’il me semble que le lait est beaucoup plus consommé ici, même au bureau où on a conscience que le lait animal n’est pas forcément utile pour l’organisme, il y a toujours des petites packs de lait qui traînent dans le frigo, certaines collègues en boivent même des litres par jour!
En tout cas, je ne suis pas frustrée de ce point de vue là, je me suis même réconciliée avec. Ce n’est par contre pas le cas des yahourts, constamment aditionnés de… gélatine. On a un peu l’impression de manger un flubber vivant à chaque fois, donc cette fois, je passe mon tour!
Par contre je ne le passe pas pour le fromage. Comme vous le savez, il est assez difficile d’avoir accès aux fromages européens pour un prix modique. Il faut souvent se contenter des cheddars et autres pâtes à consistance et à goût douteux. Mais… c’est quand même un peu une idée reçue! Grâce à Virginie, amie franco-québécoise ou québéco-française, je ne sais plus trop, nous avons eu le plaisir de découvrir d’innombrables fromages québécois, la plupart au lait cru, qui bien que de manière générale ne sont pas très forts ni puants, sont délicieux. Il faut bien savoir faire le prix car il y en a un certain nombre qui est à mon avis trop salé, mais quand on tombe sur la perle… Je ne me rappelle plus des noms qu’ils portent, qui sont souvent très imagés, mais une chose est sûre, une séance de dégustation par semaine est obligatoire! Malheureusement, les fromages locaux restent aussi chers que les fromages d’importation, cela reste donc encore un produit de luxe… Mais je ne doute pas que la situation se débloquera bientôt, et que même le marché français sera ouvert aux frometons nord-américains (il me semble déjà avoir croisé un fromage de vache du Vermont, un jour à Paris…)

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

5 Commentaires

  • Envoyer Lucile 8 mars 2010 at 20:10

    J'aime pas le lait
    Voilà, c'était le commentaire inutile de cette note :p

    Pour le fromage, heureusement qu'il y a moyen d'en trouver des locaux mangeables (à défaut de colis d'importation douteux :D)

  • Envoyer Ian 8 mars 2010 at 21:04

    Le lait UHT est beaucoup plus rare qu'en France mais on en trouve quand même dans les épiceries comme IGA ou Provigo. Par contre, c'est au rayon café, pas au rayon frais. On trouve un peu partout la marque Liberté qui propose des yaourts sans gélatine. C'est vrai qu'il y a de bons fromages au lait cru au Québec, mais ils sont souvent aussi cher que les fromage français importés. :((

  • Envoyer Lauraki 8 mars 2010 at 21:45

    C'est marrant, pour ma moitié, c'est tout le contraire pour le lait. Il n'aime pas le lait que l'on trouve, il trouve qu'il a un goût de flotte. Moi, je vois pas la différence, je ne peux pas consommer de lait cru.

  • Envoyer Milie 9 mars 2010 at 06:28

    Les Britanniques, par exemple, voient d'un très mauvais oeil le lait UHT en pack. Côté fraicher, c'est vrai que du lait-conserve ça peut rebuter un peu…Ils soutiennent que le goût est radicalement différent, et la légende est vraie, ils sont vraiment pointilleux dans la préparation du thé(le lait frais est super important du coup)!!! J'avoue que je n'ai jamais bu autant de lait acheté en rayon frais que l'année dernière, le prix est ridiculement moins cher qu'en France d'ailleurs. Je trouvais aussi ça plus digeste, « ça se buvait comme du petit lait » ah ha

  • Envoyer Isa 14 mars 2010 at 15:39

    Lucile : peut-être que celui là tu l'aimerais… Tu sais que je ne supporte pas non plus ni l'odeur ni le goût du lait!

    Ian : J'aimerai connaître la cause du prix excessif des fromages locaux : surtaxe du lait, trop petite production, considéré comme produit de luxe? Je vais d'ailleurs faire une virée bientôt dans une ferme fromagère!

    Laure : Avez vous essayé un lait équivalent de entier? Peut-être que ça aura plus de goût pour lui. Par contre, le lait qu'ils vendent ici n'est pas cru, donc aucun risque pour toi

    Milie : J'adore quand tu partages ton expérience anglaise! ;)

  • Envoyer un (gentil) commentaire