Lyon

Lyon comme une touriste

J’ai profité de la venue d’amis américains fuyant pour quelques semaines les frasques de leur nouveau président (autant vous dire qu’ils n’ont pas été déçus en arrivant en France une semaine avant le 1er tour des élections présidentielles…) pour faire la touriste dans ma propre ville.

Une fois n’est pas coutume, j’ai envie d’accompagner cet article avec une chanson que j’ai eu dans la tête tout au long de mes visites. Tirée de l’album « Tourist in this town » (vous voyez le lien, hein, c’est pas subtil !), cette chanson printanière est parfaite pour 4 jours de ciel bleu profond.

Visiter sa propre ville comme une touriste est un exercice que je trouve particulièrement compliqué. Et pour cause ! Je ne suis pas une touriste. Sans dire que je connais tous les recoins de Lyon (c’est tout bonnement impossible, et c’est tout à fait faux, je découvre de nouveaux quartiers et de nouvelles rues toutes les semaines), j’ai quand-même une bonne connaissance du terrain. Je connais l’Histoire de Lyon, je connais sa population, je connais ses quartiers, ses bons côtés et ses mauvais côtés. Eh oui, c’est ma ville ! Comment, dans ce cas, faire comme si je visitais ma ville pour la toute première fois ?

Lyon est une ville très « panoramique ». Elle est impressionnante, très facilement. Les beaux points de vue succèdent aux beaux bâtiments et aux merveilles architecturales. Cependant, est-ce que, pour autant, un touriste arrive facilement à capter l’âme de la ville ? Je n’en suis pas sûre.

Ceci étant dit, Lyon m’émerveille toujours quotidiennement, même dans mon quartier pourtant pas ni touristique ni particulièrement beau. J’ai décidé de faire visiter ma ville à mes amis, en mixant tout simplement les grosses attractions touristiques à mes ruses de lyonnaise. Et je crois que j’étais aussi heureuse et souriante qu’eux ! Je vous propose à la suite quelques itinéraires qui sont pour moi idéaux pour accompagner vos amis-touristes dans la ville… en ayant seulement deux journées pleines !

Guignol for president! (Cour des Voraces – Croix-Rousse)

Le Vieux-Lyon, Fourvière et la Saône

Départ : Gare Saint-Paul – Arrivée : le glacier Terre Adélice (faut bien se récompenser)…

Il n’y a pas de chemin établi pour visiter le Vieux-Lyon, l’idéal étant quand-même de se perdre dans les rues et de pousser les portes pour trouver une traboule ou deux ! Cependant, il ne faut pas manquer la Cathédrale Saint-Jean, en particulier de nuit (si possible), pour voir le magnifique éclairage des vitraux. J’aime aussi énormément les petites rues autour de l’Eglise Saint-Georges. Les touristes adorent généralement monter en funiculaire jusqu’au site romain de Fourvière (et mes cuisses aussi). Descendre à Minimes-Théâtres romains, puis commencer à gravir l’amphithéâtre romain jusqu’à la Basilique de Fourvière. Un arrêt sur le parvis est indispensable, surtout par temps clair ! Puis ensuite descendre par le Jardin du Rosaire (ce que Google maps refuse de monter sur cette carte). Finir en se perdant dans le Vieux-Lyon.

La Basilique Notre-Dame de Fourvière

Street art dans la Montée des Chazeaux, sur les pentes de Fourvière

La Saône devient sauvage aux environs de l’Île Barbe

Bonus : pour la première fois, j’ai effectué une croisière le long de la Saône avec Lyon City Boat (de Saint-Jean à l’Ile Barbe).

J’ai trouvé le prix très raisonnable (environ 10 euros) pour une visite d’une heure qui offre de sublimes vues sur les immeubles du Vieux-Lyon et sur la superbe Île Barbe. Cependant, j’ai trouvé les commentaires un peu ennuyeux… Surtout pour quelqu’un qui ne connait pas du tout la ville, il n’y a pas beaucoup de contexte. C’est à la fois trop général et trop pointu !

Les plus belles vues sur la Saône sont depuis le bateau, évidemment, mais aussi tout simplement depuis la Presqu’île, en particulier depuis la passerelle St George ou la passerelle du Palais de Justice. Jour, comme nuit.

La Presqu’île

Départ : Place des Terreaux – Arrivée : Place Bellecour

J’évite souvent la Presqu’île, tout simplement parce qu’il y a toujours TROP de monde et que je n’aime pas du tout faire du shopping. Il y a cependant des bijoux à ne pas rater, et là j’ai dû me creuser un peu la tête pour savoir quel itinéraire leur faire faire.
Idéalement, il faut aussi voir les places des Jacobins et des Célestins de nuit ! Remonter par les berges de Saône (quand elles ne sont pas inondées… c’est pas si évident, au printemps) est un must do. Là où j’ai marqué le plus de points ? En leur faisant faire un petit détour par la boutique Sève (29 Quai Saint-Antoine) et la crèmerie Saint-Antoine (20 Quai Saint-Antoine).

Lyon. #nofilterneeded #France #lyon #fountain #architecture #shotoniphone7

Bonus : contre toute attente, ils ont beaucoup aimé le marché fermier du mercredi, Place Carnot (15 h - 19 h) et tous ces beaux produits régionaux so cheap ! Ils ont également adoré leur déjeuner à Léon de Lyon, qu'ils ont trouvé très sophistiquée (et pourtant traditionnelle) pour un prix raisonnable. Lyon City Crunch a établi une liste des 5 restos iconiques de Lyon, et ils sont pour moi en plein dans le mille.

La Croix-Rousse : le Plateau et les Pentes

Départ : Plateau de la Croix-Rousse - Arrivée : Place Sathonay

Bon, que les choses soient dites : j'adore la Croix-Rousse, mais n'y ayant jamais vécu ni n'y allant régulièrement (trop loin de chez moi, pour sortir le soir, et trop cher pour y vivre), je connais le quartier approximativement. Je connais quelques traboules, évidemment, mais je passe surtout le plus clair de mon temps à me perdre dans les ruelles des Pentes, ou à glander sur le Plateau. Mon itinéraire n'est donc pas forcément le plus pertinent (les Croix-Roussiens me corrigeront avec plaisir dans les commentaires !), mais c'est celui que j'aime faire !

Le street art foisonne à la Croix-Rousse, et je le trouve souvent par le plus grand des hasards. J'aime tellement ce quartier, bien que gentrifié, qui fleure quand-même encore bon la rébellion. C'est pour moi toujours l'âme de Lyon, et un quartier très particulier, entre ses traboules (qu'il est impossible de parcourir selon Google maps), ses bâtiments typiques, ses bars branchés et nombreux théâtres.

Le Rhône et le parc de la Tête d'Or

Là, je me rapproche de la maison, la Rive Gauche, que je n'ai hélas pas eu le temps de faire visiter en si peu de temps. Il faut donc se contenter de louer un Vélov' aux alentours du Pont de la Guill' pour pédaler jusqu'au Parc de la Tête d'Or. Un tour à pieds est plus souhaitable car il permet de faire une pause visite de la roseraie, visite du zoo, et dégustation de gaufres (surtout), mais à vélo, c'était super sympa, aussi !

Bonus : Louer un vélov', quand on a pas la carte annuelle, c'est 1,5 euros + 50 centimes la demi-heure, c'est franchement donné, et les fameux touristes adorent...

Et voilà, c'est déjà le moment de se dire au revoir et de prendre des rendez-vous pour l'année à venir, pour se retrouver, cette fois-ci, en Amérique du Nord. J'ai passé 3 jours en plein soleil, à redécouvrir ma ville, et à essayer (sans y arriver) d'expliquer qui est Guignol... J'ai l'impression d'être passée à côté d'encore plein de choses, mais Lyon n'est pas Paris, on peut tout de même tout à fait comprendre la ville grâce à ces 4 petits itinéraires.

Un regard nouveau

Ils m'ont aussi apporté un regard nouveau sur beaucoup de choses que je ne vois plus forcément. Les remarques étonnantes qu'ils m'ont fait :

  • Il y a des devantures pleine de magnifiques pâtisseries de partout : c'est vrai ! Je sais bien que je suis particulièrement gâtée en étant lyonnaise. La réputation gastronomique de la ville n'est pas galvaudée. Et pourtant, je n'avais pas vu que c'était à ce point !
  • Des funiculaires partout !
  • Les ponts sont moches : c'est vrai aussi, même s'il faut avouer que cet ami-là était de Newcastle, une ville apparemment réputée pour ses ponts magnifiques. Beaucoup de ponts lyonnais ont été détruits soit par les crues, soit par la guerre.
  • Il y a des vues panoramiques de partout : c'est pareil, je crois que sans m'habituer à ces belles vues, je ne les regarde plus forcément avec autant d'attention.
  • A ma grande surprise : ils ont préféré le Rhône à la Saône. C'est pourtant la Saône qui offre les plus beaux paysages sauvages et les plus belles vues sur les immeubles classés à l'UNESCO. Le Rhône leur a paru plus sauvage, plus accessible aussi, comme si on avait plus d'intimité avec ce fleuve. Je partage cet avis, mais je ne pensais pas que des touristes pourraient être aussi impressionnés par le Rhône que je peux l'être.
  • Que d'escaliers ! Escaliers de partout, que ce soit dans les immeubles anciens (sans ascenseur), soit en ville (amis de Fourvière et de la Croix-Rousse, préparez vos mollets).
  • Que de cathédrales ! (et à ce sujet, j'ai été incapable d'expliquer la différence, avec certitude, entre cathédrale et basilique)
  • Quelle ville calme : il faut avouer que pendant les vacances de Pâques, Lyon était particulièrement calme, bien plus que d'habitude, mais en comparant à Paris (seule autre grande ville française qu'ils connaissaient), ils ont été surpris, et plutôt agréablement.

C'est toujours beaucoup de pression d'avoir des amis qui ont dépensé autant d'argent et de temps (si précieux, surtout quand on vient des Etats-Unis) de congés pour venir visiter une ville dont ils ne connaissaient rien. Je crois que je peux respirer, ouf... Ils ont adoré leur séjour en ville. Lyon peut donc être une ville super agréable pour des touristes étrangers, et ça, je n'en étais pas sûre, manquant clairement d'objectivité !

 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

8 Commentaires

  • Envoyer Mitchka 25 avril 2017 at 08:45

    haha … je comprends que tu aies eu la pression … quand mon cousin est venu me voir du Canada, tout d’un coup je me suis dit que Toulouse et le sud-ouest n’était pas du tout à la hauteur de l’événement :D
    Mais finalement, il a adoré, faut dire qu’on a sorti le grand jeu (les Pyrénées, la mer, les Corbières, etc.). C’est vrai que c’est un exercice difficile de faire la touriste chez soi, rien que prendre son appareil photo, je trouve que c’est dur, alors bien joué !

    • Envoyer isa 2 mai 2017 at 10:23

      Merci ! C’est marrant comme on doute de ça alors qu’en te lisant, pour moi ça ne fait pas un doute, les Pyrénées pourraient ravir tout le monde !

  • Envoyer Zhu 26 avril 2017 at 00:38

    Tu devais être crevée après toutes ces balades! C’est vraiment unique de redécouvrir sa ville (ou son pays, son coin, etc.) à travers le regard d’étrangers. On… remet tout en question, puis on s’émerveille, on s’étonne et tout. Bravo en tout cas, tu as l’air d’être un guide parfait!

    • Envoyer isa 2 mai 2017 at 10:23

      J’ai eu des courbatures pendant une semaine… Mais chuuuuuut

  • Envoyer Itinera Magica 27 avril 2017 at 09:31

    J’aime beaucoup ton parcours Lyon en touriste ! j’aime bien montrer Aix ou la Drôme provençale en touriste à mes potes moi aussi :-) Je pense que j’aurais rajouté Confluences dans ton itinéraire, dit la pinailleuse ;) J’adore Lyon, toujours un bonheur de te lire, et c’est drôle d’avoir le retour des tes amis touristes !

    • Envoyer isa 2 mai 2017 at 10:22

      Aaaah si j’avais eu le temps ! Je pense que j’aurais surtout aimé les emmener au point de Confluence (plus que dans le quartier, que je n’aime pas vraiment), ou passer plus de temps au Parc de la Tête d’Or, ou leur faire découvrir la Guillotière. Il y en a à faire, finalement ! Merci pour ton gentil commentaire :)

  • Envoyer Hélène 6 juillet 2017 at 17:08

    J’adore ce genre de balades urbaines où on redécouvre sa propre ville ! :)

    • Envoyer isa 9 juillet 2017 at 18:32

      C’est un peu toi qui m’a redonné le goût ! On en fait une ensemble quand tu veux ;)

    Envoyer un (gentil) commentaire