Etats-Unis, New York et le Mid-Atlantic

New York City #3 : Chinatown et Little Italy

Nous voilà enfin arrivés à un des endroits que nous avons le plus aimé, là où nous avons enfin pu palper la vraie vie New-Yorkaise, où nous avons pu voir de vrais New-Yorkais, sans touristes autour. Nous avions un peu l’impression de pénétrer dans l’intimité du quartier, et c’était vraiment un sentiment très agréable.
Nous ne sommes pas vraiment allés dans Little Italy, mais nous l’avons longé par l’ouest, en empruntant Chrystie St. Ce qui est agréable dans les villes nord-américaines, c’est qu’il y a toujours énormément d’espaces verts et de terrain pour pouvoir pratiquer à peu près tous les sports du monde. Après avoir assisté à un match de basket, on se retrouve ensuite autour d’un entraînement de soft ball, pour finir par quelque chose d’un peu plus rare : un match endiablé de « soccer ». Pas du foot américain, mais clairement du foot à l’américaine! Ben le spécialiste constate que les joueurs sont très physiques, très solides (et très… impressionnants) mais il y a peu de gestes techniques! C’est en tout cas très beau à regarder… Nous tombons ensuite sur un deuxième match du même genre, à l’approche de China Town. Sauf que l’équipe était entièrement constituée de gringalets asiatiques qui se tiraient dans les lunettes. On a été soulagés pour eux de voir qu’ils ne partageaient pas le même terrain que les autres!

La population du quartier est vraiment très mixte : latinos, asiatiques, blancs becs, afro-américains… mais petit à petit cela change et on entre de plein pieds dans Chinatown, on ne peut pas en douter!
Il n’y a toujours pas plus de touristes dans les rues que nous empruntons, et on a vraiment un choc culturel, le premier de notre visite de Manhattan. Nous connaissons déjà le ChinaTown de San Francisco, mais ce n’est pas du tout le même : là bas, les bâtiments étaient très « asiatisans », avec des dorures, des dragons, un peu plus folklorique. A Manhattan, on a un équilibre parfait entre architecture new-yorkaise et « touche » asiatique. On sent très vivement que l’on est à Manhattan, mais dans un Manhattan un peu plus exotique… Les rues sentent incroyablement bons, et on passe par mille odeurs différentes : fruits frais, poulet grillé, odeurs d’une cuisine que je ne connais pas, qui chatouillent le nez en permanence… On n’entend plus d’anglais non plus, il faut slalomer pour éviter les vendeurs de bijoux en jade sur le trottoir et les papis faisant leurs courses… Oui, dépaysant est le mot!

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

Pas de commentaires

Envoyer un (gentil) commentaire