Etats d'âme, Montréal

Nostalgie

Il y a très exactement 287 jours, nous atterrissions dans la banlieue montréalaise pour faire nos premiers pas sur la neige croustillante québécoise. Deux jours après, nous étions presque prêts à jurer comme les québécois et en avions marre de cette « mârde blanche » qui nous oblige à marcher comme un pingouin dans la rue pour assurer ses arrières. Et pourtant… Même si l’hiver dernier était loin d’être un vrai hiver québécois et que nous sommes presque arrivés au temps de la fonte des neiges, je ne rêve que d’une chose, c’est d’y retourner. Pour enfin profiter d’un hiver canadien, faire des bonshommes de neige, (re)vivre des tempêtes infernales, faire du patin dans les parcs…
Entendre à nouveau les premières notes et les paroles de la chanson The Suburbs il y a quelques jours à la Halle Tony Garnier a été un moment bouleversant pour Ben et moi, et évidemment, ça nous prend toujours pas surprise… Nous avions entendu cette chanson pour la première fois à la sortie de l’hiver montréalais, et elle restera toujours pour moi ancrée à Montréal et à mes souvenirs montréalais. Et là, de retour à Lyon, nous l’entendions pour la dernière fois, en présence du groupe. Ils nous ont accueilli là bas, ils nous laissent ici. C’est la fin d’un cycle. Et j’espère que ce sera pour moi l’occasion de me réadapter à la vie ici, de tourner enfin la page et de passer à autre chose… jusqu’au PVT…

Sometimes I can’t believe it
I’m moving past the feeling again
Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

Pas de commentaires

Envoyer un (gentil) commentaire