Etats-Unis, Ouest américain, Parcs nationaux, Tour USA 2012, Utah

Pourquoi retourner à Zion ?

Tout voyages compris, j’ai passé plus d’un mois rien qu’à Zion. Pourquoi ? Déjà parce que j’ai la chance incroyable d’y avoir une amie géniale. Et aussi parce que lorsque j’arrive à Zion, j’ai l’impression que la nature me serre très fort dans ses bras, presqu’au point d’en avoir la tête qui tourne. C’est très cliché et très tarte de dire ça, mais même malgré le flot incessant de touristes au visitor center, les falaises de Zion me semblent rester immaculées, vierges et sauvages.

Springdale, de plus en plus touristique

Par contre, Springdale, la petite ville juste à l’entrée Sud du parc, a énormément changé en sept ans. Il y a de plus en plus de chaînes d’hôtels en construction, de plus en plus de monde et de circulation. Cependant, la municipalité continue à militer pour que cela en reste aux hôtels, et que ça ne contamine pas la restauration. Effectivement, en 2012, des hurluberlus ont eu la bonne idée de déposer une demande pour l’ouverture d’un énième Subway. Tout le monde s’y est opposé, la ville ne voulant pas prendre le même chemin qu’a pris il y a plusieurs années Sedona (Arizona), en perdant tout son charme et en ne favorisant pas les enseignes familiales et locales.

Pourquoi vouloir aller manger chez Subway quand tu as 5 sandwicheries indépendantes ? Quand tu as le Bit&Spurs ? J’imagine que certaines personnes n’aiment pas manger de la nourriture goûtue, et aiment, même en vacances, retrouver le bon goût du plastique, un goût familier. Bref, même si Springdale change (parfois en bien, comme en témoigne la nouvelle piste cyclable et piétonne installée le long de la route principale), et parfois en mal (comme en témoigne le nouveau Best Western), le parc de Zion, lui, ne change pas. La Virgin River coule toujours aussi calmement… Même s’il devient de plus en plus difficile de trouver un coin de paix, même en plein mois de septembre, pour les gens un peu rusés, ça ne reste pas bien compliqué. Et quelle récompense, au final…

Mais Zion est toujours le plus beau parc de l’Utah

Ma découverte de Zion reste le moment déterminant de ma vie de voyageuse. Je me souviendrai toujours du moment où, après une longue journée de voyage, j’ai vu les falaises de Zion se dessiner devant moi, à l’heure où la lumière du soleil devient plus douce. Ces orangés, ces ocres, ce ciel bleu. Je n’ai jamais ressenti une telle émotion en voyant en paysage, mon cœur s’est mis à battre, et j’ai eu les larmes aux yeux. Je suis en train de décrire un coup de foudre…

A chaque fois que je vais à Zion, j’ai l’impression d’être toujours frustrée, frustrée de ne pas avoir parcouru tous les sentiers que je voulais parcourir, frustrée de na pas avoir passé plus de temps ici ou là… Et à chaque fois, je ne peux m’empêcher d’y retourner pour au moins une semaine (ce qui entame toujours beaucoup le temps de découverte pour d’autres parcs, c’est un vrai dilemme). Mais à chaque fois, je découvre de nouvelles choses, de nouvelles ambiances… Ce que j’aime, à Zion, ce n’est pas seulement le parc national, mais tout le désert et les communautés environnantes : les petites villes, les routes, la Kolob Terrace, St. George et Kayenta,  les randos, le camping

Le scientifique qui a cartographié Zion pour la première fois a dit que Zion n’avait pas à pâlir de la beauté du Grand Canyon. Je suis d’accord, même si les sensations sont très différentes, puisque l’on découvre Zion d’en bas, à l’inverse du Grand Canyon. Je trouve le parc de Zion beaucoup plus diversifié en terme de paysages et d’écosystèmes, cependant. Et je crois que je pourrais en parler pendant des heures… La seule chose qui peut être réellement pénible, c’est la fréquentation énorme pendant les jours fériés du Labour Day et du Memorial Day. Cependant, dès que l’on quitte le visitor center et les randos faciles, on se retrouve rapidement seuls au monde (ou presque !). Et c’est là que l’on découvre vraiment Zion…

C’est toujours difficile de dire pourquoi on aime quelqu’un, on l’aime, c’est comme ça, il n’y a pas d’explication rationnelle. Je ressens la même chose avec Zion : malgré les chenilles, la foule, et la chaleur écrasante l’été, j’aime Zion, c’est inconditionnel.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

5 Commentaires

  • Envoyer Cedric 25 octobre 2012 at 20:57

    Zion, je crois que ça restera (presque) mon parc préféré des USA (derrière Denali quand même hein, faut pas abuser non plus !).

    • Envoyer isa 25 octobre 2012 at 21:09

      Les forêts ça me fait peur, donc je crois que je resterai sur Zion :-D Je suis en train de préparer un article sur la Sainte Trinité des parcs en Utah, et je crois que je ne pourrais jamais trancher entre Zion et Capitol Reef !

  • Envoyer Zhu 28 octobre 2012 at 02:18

    On a tous un coin de paradis, un coin favori où on se sent chez soi même loin de chez soi. Et ça, c’est la magie des voyage! Contente que vous ayez trouvé votre petit coin ;-) Ou grand coin, vu la vue (c’est le cas de le dire!)

    C’est toi de dos?

    • Envoyer Isa 28 octobre 2012 at 16:39

      Des fois je regrette de ne pas avoir la « force » de m’éloigner de l’Utah pour aller découvrir une autre partie de ce monde si vaste…
      ps : C’est bien moi ! :)

  • Envoyer Zhu 13 mars 2015 at 03:38

    Ben déjà, le nom est cool, quoi :lol:

    Je plussoie, on a tous un coin de paradis, un endroit où on se sent bien. Et quand on le connaît, pourquoi se priver?

  • Envoyer un (gentil) commentaire