Etats-Unis, Ouest américain, Parcs nationaux, Tour USA 2012, Utah

Kodachrome Basin State Park : un parc paisible

Bien qu’étant stratégiquement situé entre Bryce Canyon et Capitol Reef, Kodachrome n’attire pas les touristes. Tant mieux pour moi, qui avais bien besoin de quelques jours de pure tranquillité au milieu du désert. Et accessoirement, de me doucher après 5 jours à puer. Passé le bonheur intense de se laver les cheveux dans le superbe camping pas cher avec des douches chaudes (vous vous rendez compte ?! Des douches CHAUDES !), j’ai pris le temps de me détendre et de se balader au milieu des formes géologiques de Kodachrome.

Le petit parcours au milieu des « fingers » (laisse moi rire… ça ressemble à des doigts, ça ?) est vraiment très agréable et on apprend plein de choses sur la flore de la région et la façon dont les autochtones s’en servaient.

Je descend de la montagne à cheval

Je me suis autorisée un gros plaisir. Un gros plaisir très cher : quelques heures à dos de cheval au cœur du parc. Cela ne m’avait jamais fait envie ailleurs : à Zion ou à Bryce, je n’avais aucune envie de me retrouver au milieu d’un groupe de 15 touristes, à parcourir un sentir raviné car trop emprunté par les chevaux.

Là, j’étais toute seule avec ma cow-girl, qui avait quelques années de moins que moi. Passionnée par les jeux vidéo, impossible de ne pas parler avec elle de Red Dead Redemption ou de Final Fantasy. Elle parle japonais presque couramment, par un concours de circonstance. Elle est née et a passé toute sa vie dans le Sud-Utah. Elle a essayé de le quitter pour aller étudier près d’Orem mais est rentrée au bout de quelques mois. Elle ne se voit pas forcément passer toute sa vie dans le ranch de ses parents mais pourtant, elle n’a pas l’air prête à en partir.

Elle me raconte ses accidents de cheval, la relation qu’elle entretient avec ses canassons, les kilomètres qu’elle va devoir parcourir bientôt pour rassembler les vaches, qui à Kodachrome vagabondent presque en liberté, pour les ramener à leur pâturage d’hiver. Elle me parle des coyotes, des serpents à sonnette qu’elle a croisé cette année, et de sa PS3. Ma cavalière est noire, grande, a des yeux en amande et des petites frisouilles qui s’échappent de son chapeau. Elle a des santiags, un jean bleu, une chemise en jean et un chapeau de cow-boy, mais ce n’est pas parce que c’est la mode ni parce que ça lui va bien, elle porte ça juste parce qu’elle doit être née avec, ou presque. Elle m’impressionne par sa connaissance de son désert, et par sa culture. Une très belle rencontre que je n’oublierai pas.

kodachrome-basin

Kodachrome et des couleurs plein les yeux

Ocre, rouge, beige, orangé, vert, noir, marron, et toutes les couleurs au milieu. Le coucher de soleil à Kodachrome est époustouflant. La température (vraiment écrasante la journée) chute très vite pour se retrouver, en l’espace d’une heure ou deux, pas très loin de 0°C. Pas de bruit. Le petit camping est pourtant plein ce week-end là, mais les emplacements sont si éloignés les uns des autres que l’on n’entend rien à part le hurlement d’un ou deux coyotes qui se répondent.

Kodachrome est moins spectaculaire que Bryce, les randos y sont moins nombreuses, les points de vue moins jolis, mais bon dieu, quelle paix royale.

Astuces

  • Kodachrome est un state park, cela signifie que votre pass America the Beautiful ne sera pas valable. Cela vaut le coup, cependant, de payer les 8 $ de frais d’entrée (par véhicule, pour une journée).
  • L’emplacement de camping (basique, sans électricité) est à 19 $ par nuit. Cela les vaut amplement ! Il y a des douches chaudes gratuites et un bloc sanitaire récent. J’ai particulièrement apprécié la grande taille des emplacements et le fait qu’il n’y ait pas de vis à vis. On a l’impression d’être isolé ! Cependant attention, l’ombre y est très rare.
  • La piste en direction de Shakespeare Arch est plutôt endommagée, attention aux voitures qui sont très basses… Le chemin vaut le coup, ainsi que la petite balade en direction de l’arche. Attention également aux vaches en vagabondage libre, qui sont presque sauvages !
Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

2 Commentaires

  • Envoyer Zhu 16 octobre 2012 at 03:11

    Franchement, la description et les photos… j’y suis. Alors que non, en fait :lol: Quel dépaysement, c’est incroyable. Ça se sont les USA qui font rêver!

    • Envoyer isa 16 octobre 2012 at 03:33

      Là où tu es en ce moment, dans les bras du petit Mark (oui oui, c’est toi qui est dans ses bras), vaut certainement encore plus… :-)
      Merci pour tous les compliments en tout cas, ça me fait très plaisir

    Envoyer un (gentil) commentaire