Etats-Unis, Parcs nationaux, Tour Arizona/Utah 2010, Tour USA-Canada 2014, Utah

Bryce Canyon National Park, un sentiment mitigé

Après une longue parenthèse à Capitol Reef, me voici de nouveau sur la route en direction de ma dernière étape. Cette route 12 est d’ailleurs magnifique, entre forêts d’épineux à très haute altitude et fond de canyons étroits…

… et sans oublier la « crête de la mort qui tue » avec une falaise de part et d’autre, et pas de place pour autre chose que la route. Et évidemment, le lieu est battu par les vents. Tout le monde sue. Présentée comme une Scenic Drive, la route 12 c’est plutôt une superscenicdrivequitue. Parait-il que c’est la plus belle route des États-Unis. Je confirme ! Mais j’ai toujours ma préférence pour la portion Bryce/Zion…

Une étape inévitable

Quoiqu’il en soit, me revoilà à Bryce Canyon qui est donc bien placé pour mon escale de la journée et mon pic-nique de la journée (de ma vie, ne m’emmenez plus jamais au Subway, merci, merci – c’était le seul endroit pour manger). Je n’aime guère Bryce Canyon : bruyant, bondé. Même s’il y a, parait-il, les plus beaux « 3 miles » des États-Unis (et c’est vrai, pour l’avoir fait la dernière fois, c’est magnifique, si on aime les balades-autoroutes) mais le parc me laisse quand-même relativement de marbre. C’est beau, mais c’est tout. La partie Sud est plus sauvage, mais un peu semblable à la north rim du Grand Canyon.

panorama-bryce-canyon

D’année en année, je ne parviens pas à éviter Bryce Canyon. Je me dis souvent qu’il est dommage de ne pas aller y faire un tour alors que le parc est stratégiquement placé sur le chemin, et parfois, c’est le seul endroit où il reste des emplacements de camping disponibles.

The Queens Garden hike

Même si l’intérêt de Bryce réside surtout dans ses points de vue (notamment au Sunset Point), il est possible d’y faire une randonnée mémorable : Queens Garden.

On descend petit à petit au coeur du canyon, sur un chemin qui serpente entre les hoodoos. Les couleurs sont remarquables ! La balade peut se poursuivre le long du Peek-a-boo Loop trail, qui offre une incursion plus longue dans le pays des hoodoos. Cependant, même si c’était très beau, mes différentes balades à Bryce ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable : la foule y est dense, et j’ai trouvé réellement difficile de s’évader, que ce soit au printemps, en été ou à l’automne.

queens-garden-bryce

A Bryce, il y a un point positif, tout de même : le ciel nocturne est sublime. Peut-être pas aussi sublime qu’à Capitol Reef, mais la haute altitude fait que l’on a des vues imprenables sur la voie lactée. Des nuits d’observation des étoiles sont régulièrement organisées par les rangers.

Bryce Canyon, c’est un peu le Disneyland de l’Utah

C’est l’effet que m’a fait le détour au visitor center en période touristique : des bus et des bus entiers de touristes asiatiques et européens en voyages organisés envahissent les lieux. Le musée (médiocre, en passant) est bondé, et impossible de flâner dans les rayons de la boutique.
Zion était également bondé, en mail, mais je n’ai pourtant pas eu cette sensation aussi exacerbée. De plus, les campings étaient tous pleins à partir de midi : il y a pourtant, en tout, 2 campings aménagés pour  200 emplacements ! Je n’ai pas du tout aimé ma nuit au Sunset Campground : les emplacement sont très proches les uns des autres, ils sont en pente (pour la majorité), et les sanitaires sont trop petits, et trop peu nombreux (donc très éloignés de nombreux emplacements) pour la capacité du camping. C’est aussi la première fois, en campant dans un parc national, que je ne les ai pas trouvé très propres.

Astuces

  • Il est possible de réserver une partie des emplacements des campings : si vos dates de voyage sont fixées, n’hésitez pas, tant il est difficile d’y trouver un emplacement.
  • Bryce Canyon se situe à près de 3 000 mètres d’altitude. La nuit, il fait donc frisquet : ayez un équipement de camping en conséquence.
  • Il y a une navette gratuite qui parcours le parc. Il est préférable de laisser votre voiture à l’entrée du parc pour éviter l’engorgement des routes, et surtout, il sera parfois difficile de trouver une place sur les parkings des points de vue.
  • Même si je n’aime pas Bryce Canyon, il est pour moi indispensable d’y aller au moins une fois, ne serait-ce que pour admirer la vue pendant une heure ou deux. Le paysage qu’offre les hoodoos est unique, et le panel de couleurs est un régal pour les yeux. Il est par contre dispensable d’y passer la nuit, à moins que vous ne comptiez réellement explorer le parc en faisant les longues randonnées.
  • A l’entrée du parc, il y a de plus en plus d’hôtels, de restos « bouis-bouis », de stations service et de gros supermarchés. Ce n’est pas mon truc, mais vous trouverez facilement à vous loger (il est préférable de réserver à l’avance : ce n’est pas donné).
Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

4 Commentaires

  • Envoyer Katryne 9 février 2015 at 01:05

    Je te trouve un peu sévère, Isa. Je suppose que pour la foule, ça dépend de la saison, du jour de semaine et de l’heure. Nous avons sommes partis dès 7 h du mat sur Navajo trail & Queen’s garden, sans rencontrer un chat. Mais quand nous avons refait surface 3 heures plus tard, les cars déversaient déjà leurs troupeaux, c’est vrai, même en mai.

    • Envoyer Isa 9 février 2015 at 10:08

      Bonjour Katryne, merci de ton commentaire ! :)
      Pour ma petite expérience, je suis allée à Bryce trois fois, à trois saisons différentes (et jamais le week-end, me semble t-il). A chaque fois, j’ai eu cette sensation de foule, d’étouffement, aussi bien aux campings, qu’au visitor center, que sur les routes du parc, et bien sûr, aux points de vue les plus connus. Après, je ne dis pas qu’il n’est pas possible de trouver la solitude à Bryce, je pense que c’est le cas dans tous les parcs nationaux, même les plus fréquentés : il y a toujours une partie du parc où personne ne s’aventure. A Bryce, dès que l’on va au sud, et dès Fairwiew Point, la foule se dissipe. Je compte d’ailleurs bien y revenir pour avoir une expérience différente ;) Par contre, c’est sûr que l’on s’éloigne aussi des belles vues de l’amphithéâtre donc ça a moins d’intérêt…
      MAIS le fait est que Bryce est un lieu de passage trop intense, pour moi. L’entrée du parc se développe à une vitesse folle et ressemble de plus en plus à Disneyland… Les bus ne s’arrêtent plus, les parkings sont toujours pleins. Il y a beaucoup de circulation, beaucoup de bruit : ce n’est pas l’expérience que je cherche en allant dans un parc, je ne m’y sens pas particulièrement à l’aise.

  • Envoyer Lyni 30 mai 2015 at 17:33

    Pour la part j’ai fait bryce 2 fois, une fois en octobre, pas trop de lmnde et l’autre a noel il ya 2 ans, et la c’etait genial…personne ! Des sentiers enneigés rien que pour nous avec un grand ciel bleu et une luminosité exceptionnelle…j’aime bryce car je le trouve plus accessible en rando que grand canyon..tous ces parcs de toutes facons, sont si possibles a eviter aux periodes d’affluence touristique…mais bon, on ne peut pas toujours

    • Envoyer isa 1 juin 2015 at 09:05

      L’ouest américain à Noël, le rêve ! Les lumières doivent être superbes, l’ambiance feutrée ! Ca c’est vraiment un de mes objectifs ! :)

    Envoyer un (gentil) commentaire