Concerts/Musique, Etats d'âme

Regardons en arrière : mon année 2016

Découvertes françaises

Mon été en France a été un vrai bonheur. Au milieu d’une année horrible, après de nombreux attentats inconcevables, je n’ai jamais ressenti autant de soulagement à partir loin, sur les routes françaises, à quitter la ville. L’oppression que je pouvais vivre depuis plusieurs mois s’est peu à peu diluée dans les eaux de l’Océan Atlantique. Dormir, manger, faire la sieste, prendre l’apéro, mais aussi marcher, flâner, se baigner, rire, s’aimer… Mes batteries se sont rechargées. Je suis résignée, car je pense qu’elles se sont malheureusement rechargées que jusqu’aux prochaines horreurs à venir, mais l’on fait avec. J’ai eu besoin de cet été en France… Paradoxalement, j’ai aussi eu besoin de ne pas partir trop loin et de rester « chez moi ».

La ruralité, c’est ce qui a guidé mon itinéraire.

Des champs berrichons…

berry-loire37

… aux bords de Loire…

berry-loire19

… jusqu’à l’Océan…

bretagne16

… Océan qui change de visage dès que l’on met le cap vers le Sud…

dsc_0516

… puis le Périgord, ses vieilles pierres dorées et ses forêts de noyers…

perigord5

… avant de finir en famille. En famille dans le Lot.

cavagnac2016-95

Ma région, aussi, a été très présente, que j’aie écrit dessus ou non. Beaune, Chambéry, les Monts-du-Lyonnais, la Drôme, la vallée du Rhône… Et Lyon, toujours et encore Lyon. J’ai aussi vu et reçu beaucoup d’amour pendant un court séjour à Montréal, et j’ai parcouru les rues bruyantes et brûlantes de New York City.

Dans les oreilles

Dans les oreilles, j’ai eu cette année des choses très diverses et variées (il suffit de me laisser un petit message sous cet article si vous souhaitez entendre ma compile de l’année !). J’ai aimé de gros blockbusters comme Lemonade, de Beyoncé, une véritable ode à la féminité et à la blackness. Engagé et puissant, cet album, accompagné du film du même nom, a été un vrai choc.

J’ai aimé des choses plus confidentielles, comme l’album de Sarah Neufeld ou celui d’Explosions in the Sky, sans paroles mais plein de sens. J’ai beaucoup écouté l’album brut d’Angel Olsen, à mi-chemin entre le PJ Harvey du début et quelque chose de plus rauque encore.

L’un de mes albums préférés de l’année a pourtant été un album de country, celui de Margo Price, qui offre une country old-school mais pas du tout ringarde, et pas trop blanche, finalement.

J’ai écrasé une larmichette en écoutant l’album d’Andrew Bird, j’ai dansé sur la pop de Tegan & Sara, et j’ai ouvert mes oreilles au hip hop d’Isaiah Rashad. Une constante ? J’écoute de moins en moins de pop et de rock, j’explore de plus en plus de musique noire.

J’ai été très déçue, aussi, par les albums inaudibles de PJ Harvey, de Bon Iver et de M. Ward.

Sous les yeux

Si cela faisait un moment que le guide était publié sur le site de PVTistes.net sous la forme d’un PDF (gratuit !), cela nous a beaucoup ému de le sentir entre nos mains et d’en tourner les pages. C’est sans doute l’un de plus chouettes accomplissements de 2016, pour moi. Julie, co-autrice du Guide des PVTistes au Canada, a été la complice idéale dans cette aventure, et je n’aurais pas pu rêver d’une meilleure partenaire.

J’ai écris, donc, mais j’ai surtout lu. Une grosse centaine de bande-dessinées (merci la bibliothèque municipale de Lyon de me permettre de profiter de cette profusion culturelle, et ce gratuitement !). Je n’ai pas tout retenu et j’ai été assez bête pour ne pas tout noter au fur et à mesure, cette année. Plusieurs albums ont retenu mon attention, ceci dit :

En bande-dessinée jeunesse, j’ai beaucoup aimé la série « Quatre sœurs » de Cati Baur et Malika Ferdjoukh, le récit des 5 soeurs Verdelaine, livrées à elles-mêmes depuis la mort de leurs parents. Des jeunes femmes fortes qui nous font entrer dans leur famille… Toujours en BD jeunesse, j’ai a-do-ré « La mémoire de l’eau », de Mathieu Reynes et Valérie Vernay, l’histoire d’une petite fille aventurière qui découvre des mystères et mythes bretons…

Du côté des adultes, mon coup de cœur a vraiment été « Cet été-là » de Jillian Tamaki et Mariko Tamaki qui est pour moi le pendant féminin de « Blankets », de Craig Thompson. Alors, forcément, pour plein de raisons, Cet été-là me touche encore plus… l’adolescence, cette période si charnière…!
Comme d’habitude, j’ai aimé « Paul dans le Nord », de Michel Rabagliati, même si ce volume était loin d’être le meilleur de la série des Paul. Mais je lui passe ça, car Paul me ramène toujours si tendrement au Québec. J’ai lu d’autres belles choses, comme « La lune est blanche » d’Emmanuel Lepage (mais des petites choses m’ont gênée…), le très poétique « Vive la marée » de David Prudhomme, le mignon « Un Océan d’Amour » de Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione, et l’excellent « La famille Carter : Don’t Forget This Song » de Frank Young et David Lasky, au sujet de la dynastie Carter, famille qui a révolutionné la musique des Appalaches.
Mon autre coup de cœur, c’est la série des « Miss Marvel » de G. Willow Wilson. Kamala Khan, jeune femme d’origine indienne et musulmane, devient la nouvelle super-héroïne de Jersey City… Et mon dieu que ça fait du bien ! 4 tomes sont sortis en français, pour le moment.

20160217_162846

J’ai lu quelques romans, pas autant que je l’aurais souhaité, mais j’avais besoin d’évasion vers les Etats-Unis, en n’y ayant presque pas mis les pieds cette année. Je retiens :
Mille femmes blanches de Jim Fergus, peut-être pas le roman du siècle, mais il évoque intelligemment un pan méconnu de l’Histoire américaine, le destin de quelques femmes parties volontairement sur le front de l’Ouest américain pour vivre avec des tribus autochtones et apaiser la violence des guerres indiennes. Cela n’a, bien sûr, pas fonctionné.
Toute la terre qui nous possède de Rick Bass, plus habituée de ses essais parlant de sa chère vallée de Yak, c’est son premier roman que je lis. Il s’agit de la vie d’une petite communauté texane, au milieu du désert, qui vit tant bien que mal dans cet environnement qui ne pardonne aucune erreur. Très poétique et contemplatif, j’ai adoré.
J’ai aussi envie d’avoir une pensée pour Jim Morrisson et Pat Conroy, ce dernier étant l’un de mes écrivains américains préférés, qui nous ont tous deux quittés cette année.

J’ai lu un peu de poésie, notamment avec Teaching my mother how to give birth de Warsan Shire (découverte dans le film Lemonade, sus-cité). J’ai rarement lu quelque chose d’aussi poignant, d’aussi difficile, d’aussi écœurant et de beau en même temps.

Je n’ai pas vu de films, ni au cinéma, ni à la maison. Pas le temps, pas l’envie, pas le courage. C’est très rare, et j’espère que 2017 parviendra à me motiver à nouveau ! J’ai en revanche, regardé beaucoup de séries (mais moins que d’habitude, j’essaye de diminuer !). J’ai repris The West Wing, à l’approche des élections américaines (et j’ai maintenant l’impression de voir non plus de la fiction, mais de la science-fiction !), j’ai aussi découvert la très distrayante série Jane the Virgin (quelque part au dessus de l’Atlantique, merci les écrans individuels !), par habitude, je suis toujours Modern Family, ce n’est toujours pas la série du siècle mais je passe toujours 20 bonnes minutes, Adventure Time est toujours mon moment religieux du dimanche, ô que j’aime cette série, malgré ses petits défauts ! J’ai aussi adoré la tendresse de Grace & Frankie et l’humour absurde de Unbreakable Kimmy Schmidt.
Mais ce que j’ai attendu toute l’année, ce que j’attendais depuis 10 ans, à vrai dire, c’est la nouvelle saison de Gilmore Girls, ma série préférée (ex-eaquo avec Six Feet Under). J’avais même noté sur mon calendrier le jour de sa diffusion… Et quelle déception. Pas seulement à cause des événements narratifs en tant que tels, mais du ton, qui me parait être complètement à côté de la plaque. Les personnages sont souvent « out of character ». Il faut attendre le dernier épisode pour vraiment prendre du plaisir au visionnage et pour avoir l’impression de regarder un véritable épisode de Gilmore Girls, mais la chute est tellement absurde que je ne m’en remets pas. Je vais donc retourner dans mon monde imaginaire et créer moi-même la fin de la série, telle que je la vois.
J’attends aujourd’hui avec impatience la 3e et dernière saison de The Leftovers, et la nouvelle saison de Nashville

Des résolutions ?

J’en suis toujours au même point professionnellement et j’ai toujours autant de mal à trouver une voie qui me permettra de décoincer la situation. J’essaye de vivre au mieux, psychologiquement, ma précarité… J’espère que 2017 m’apportera du changement ou une évolution positive !
Si parfois je doute de la suite de ma vie à Lyon, je finis toujours par me dire que pour l’instant, la balance penche du bon côté. Je reste ici, dans cet appartement que j’adore (mais où les voisins me rendent dingue), et dans ce quartier que je chéris, où j’ai mes petites habitudes, et où je tutoie les commerçants.
J’ai bien sûr mille envies de voyage pour 2017, mais pour rester réaliste, je me souhaite tout un tas de chouettes découvertes françaises, dans le Sud-Ouest, dans ma région, et en Provence, c’est l’objectif ! Avec un peu de chance, peut-être que je pourrai retourner à Montréal, et profiter à nouveau d’un billet d’avion à 400 euros…
Du côté du cœur, j’ai passé une année formidable, entourée par des personnes que j’aime profondément et qui me le rendent bien, c’est finalement ce qu’il y a de plus précieux, et je pense que c’est tout bonnement le sens de la vie.
Je me souhaite encore autant de bonheur, une meilleure santé, et une meilleure santé à mes proches. Je me souhaite aussi de voyager et d’avoir le cœur serré en voyant certains paysages. Je me souhaite de respirer et d’être heureuse.

Et… je vous souhaite, comme chaque année, tous mes vœux de bonheur !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

14 Commentaires

  • Envoyer Zhu 20 décembre 2016 at 05:01

    Moi aussi, j’ai bien aimé ton escapade en France :-) Un délice visuel!

    J’ai l’impression que cette année a été plus… posée, pour toi. Dans le bon sens du terme. Je me plante peut-être complètement ceci dit :lol:

    Professionnellement, ça seraient quoi tes envies concrètes?

    • Envoyer isa 20 décembre 2016 at 13:35

      Merci !
      Il me reste un tout dernier article à écrire, mais celui-là est très long à sortir… :)
      Plus posée, je ne sais pas… Elle a été beaucoup plus difficile, mais peut-être que j’ai essayé de saisir les meilleurs moments. Malheureusement en vivant en Europe en ce moment, j’ai l’impression que l’on a pas bien d’autre choix pour survivre ! :)
      J’adorerais travailler pour le Réseau Information Jeunesse !

  • Envoyer Mitchka 20 décembre 2016 at 14:08

    (Essai n°2)
    Il me semble que tu es un peu en avance sur les vœux… mais bon, je les prends tout de même, et je t’en renvois d’autres chargés de vols à 400€, de paysages époustouflants, de beaux ouvrages, d’un chouette boulot (ô graal des temps modernes) et de plein de belles choses …
    Bonne Année à toi aussi … même s’il me semble que je suis un peu en avance :)

    • Envoyer isa 20 décembre 2016 at 14:09

      Héhé, mais je n’ai pas du tout souhaité la bonne année, c’était bien plus subtil que ça, ma bonne dame ! :D

      • Envoyer Mitchka 20 décembre 2016 at 14:48

        mouais mouais mouais … avoues que cette phrase « comme chaque année, tous mes vœux de bonheur » laisse entendre un « Bonne Année et la Santé bien sûr ! » :)

        • Envoyer isa 20 décembre 2016 at 14:56

          Tu vas pas me croire, mais je n’y pensais même pas, en plus :D

  • Envoyer Monsieur Win 20 décembre 2016 at 14:45

    Pense à la Champagne pour une prochaine escapade française ! Bon je sais, c’est beaucoup beaucoup trop plat à ton goût… mais on a quand même quelques coins qui valent le détour (sans oublier des spécialités non moins sympa à déguster!! :D )

    • Envoyer isa 20 décembre 2016 at 14:57

      Mais c’est plaaaaaaaaaaaaat !
      Ceci dit je dois retourner dans les Ardennes belges voir des amis, et c’est sur le chemin :)
      Si tu commences à parler pinard, tu me prends par les sentiments…
      L’année prochaine on a très très peu de congés (si on en a, c’est une semaine), donc on va a priori s’orienter vers le Sud, là où on est au moins un peu sûrs d’avoir de la chaleur !

  • Envoyer Elodie 30 décembre 2016 at 21:33

    Je suis originaire du lieu de ta première photo, j’y reviens à chaque fois avec joie ! (tu peux imaginer la même photo avec aujourd’hui -4°C et un paysage tout blanc, complètement gelé).
    Je te souhaite une bonne année.

    • Envoyer isa 3 janvier 2017 at 16:02

      Tu es berrichonne ?
      Effectivement cela doit être sublime à cette époque de l’année ! Bonne année à toi aussi (et je file cliquer sur ton lien)

  • Envoyer Lili de Jolis Voyages 31 décembre 2016 at 11:55

    Belle fin d’année à toi (on y est là !) et tout ce que tu peux souhaiter en 2017. Pour ma part, au plaisir de continuer à te lire !

    • Envoyer isa 3 janvier 2017 at 16:01

      Merci pour ce gentil message ! Bonne année à toi aussi :)

  • Envoyer Hélène 10 janvier 2017 at 03:13

    2016, on a réussi à se voir deux fois, j’espère que 2017 nous en donnera l’occasion aussi !
    Pis, évidemment que je la veux ta playlist, tu me fais toujours découvrir des belles choses <3
    <3

    • Envoyer isa 10 janvier 2017 at 10:28

      Ouiiii et… je t’envoie ça :-)

    Envoyer un (gentil) commentaire