Montréal

Toronto la grise

247588_10150281738122317_6744355_n

Une bien belle photo de Mat

Après Salt Lake, la ville grise, c’est au tour de Toronto de se voir attribuer ce qualificatif peu glorieux ! Pourtant, j’ai plutôt bien aimé Salt Lake, et j’ai également apprécié Toronto. Mais, entre le lac gris, à cette période de l’année, les innombrables périphériques… gris (faisant de Toronto une ville beaucoup plus américaine que Montréal, je trouve) et les immeubles gris, oui, j’ai trouvé Toronto très grise. A par le lac qui offre une bouffée d’air, et le quartier des Beaches plutôt arboré, la chose que je reproche à Toronto est principalement son manque d’espaces verts, d’espaces où l’on peut respirer. Même dans Little Italy, où les grattes-ciel laissent la place aux petits immeubles de brique, je n’ai pas l’impression qu’il y a énormément de végétation (oui, je sais, c’est une obsession !)

Toronto est néanmoins une ville impressionnante, et j’ai adoré me balader au centre-ville, le nez en l’air, découvrir un ou deux bars branchés, sauter à bord du street-car… (je dis bien « je » puisque mon tendre et cher était en train d’agoniser au fond du lit, à cause d’une grippe).

Cependant, ce séjour d’une semaine à Toronto (une semaine sans aucune photo, j’étais rouillée !) m’a permis d’établir avec certitude le fait que je ne pourrais pas vivre dans cette ville, ni y passer mon PVT. Je savais que Toronto était une ville chère, mais je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit une ville aussi chère que Londres ! L’efficacité des transports en commun en moins (je n’en reviens toujours pas, j’ai trouvé le réseau assez honteux et indigne d’une ville comme Toronto).
Toronto est vraiment géniale pour quelques jours, mais finalement oppressante pour plus d’une semaine, sans que je ne puisse vraiment savoir pourquoi. Je comprends à présent pourquoi les Montréalais détestent souvent Toronto et réciproquement : les villes n’ont pas du tout la même âme, ni la même façon de penser et de fonctionner. Tout n’est pas parfait à Montréal, loin de là, mais je trouve que c’est une ville beaucoup plus apaisante.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

2 Commentaires

  • Envoyer Zhu 14 janvier 2013 at 20:10

    C’est marrant, je ne trouve pas Toronto très chère. Faut savoir où aller (sans prétention, hein!) je crois. Par contre, c’est clair que les logements, aïe! Mais en touriste ça va encore, quoique avec une voiture ça fait la différence. J’adore Toronto et j’ai longtemps pensé y vivre mais finalement, on est mieux à Ottawa.

    • Envoyer isa 14 janvier 2013 at 20:18

      Oui, j’imagine que partout au Canada, quand tu te prends au jeu des coupons ou quand tu cherches bien ou faire ton épicerie, tu t’en sors pas trop mal… Mais le prix basique des choses est vraiment incroyable, par exemple les transports en commun, l’épicerie dans les supermarchés « classiques », le logement… Je n’ai vraiment pas de mal à comparer les prix de Toronto avec ceux de Londres !
      Je pense que c’est un bon choix de rester à Ottawa !

    Envoyer un (gentil) commentaire