États d'âme Photographie Rhône-Alpes & Auvergne

Bloguer juste pour bloguer : hiver et printemps 2019

20 mai 2019

Trois mois sans prendre le chemin de ce blog, trois mois de pause. Il y a des moments où je n’ai rien à dire ni rien à écrire. Où j’ai envie de passer plus de temps à faire autre chose, n’importe quoi d’autre que de passer du temps ici. Je ne culpabilise pas, et je n’ai jamais culpabilisé, mais il faut avouer que plus les pauses sont longues, plus il est difficile de reprendre l’habitude et l’envie de bloguer… Alors, pour une fois, j’avais envie de bloguer juste pour bloguer, à l’ancienne, en racontant ma vie de ces derniers mois.

Ce que j’ai lu

Je n’avais pas voyagé depuis mon aller-retour à Montréal début décembre, aller-retour qui pèse toujours sur ma conscience écologique, ce qui m’a d’ailleurs valu d’apparaître brièvement dans un article du Monde à ce sujet L’avion, ce plaisir coupable de l’écolo voyageur. Je trouve cet article excellent, et je maintiens encore plus après le véritable shitstorm qu’il a créé sur les réseaux sociaux. Cet article a d’ailleurs ouvert la voie à bien d’autres articles ou émissions sur le sujet, ces dernières semaines, et c’est vraiment pour le mieux. Si c’est un thème qui vous intéresse, n’hésitez pas à suivre MelleBéné sur Twitter : sa veille écologique est remarquable. Je continue mon examen de conscience personnel, je me fixe des objectifs et je réfléchis beaucoup. J’ai quand-même agi énormément de ce côté-là, mais pas assez. Affaire à suivre.

J’ai repris aussi avec plaisir le chemin de la lecture, ce qui m’avait profondément manqué, avec, au menu de ces deux derniers mois :

  • Le choix d’une vie sans enfant, de Charlotte Debest, une recherche sociologique dont le titre est assez transparent
  • Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, de Titiou Lecoq, dont le titre est sans doute encore plus transparent. Aussi facile à lire (et drôle !) qu’affligeant (faut parfois se retenir de crier), je recommande !
  • Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! d’Éliane Viennot, un traité linguistique très facile d’accès
  • Sorcières, la puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet, que je recommanderais plutôt pour une entrée en matière qu’un approfondissement
  • La ligue des Super féministes, de Mirion Malle, que j’espère offrir bientôt à mes nièces
  • Une histoire de loups, d’Émilie Fridlund, une histoire mystérieuse de fanatiques religieux au fin fond du Minnesota, qui laisse malheureusement un goût d’inachevé
  • Dans la forêt, de Jean Hegland, un roman post-apocalyptique centré sur la survie de deux sœurs… dans la forêt. Un roman que j’ai trouvé magistral.

J’ai aussi commencé La ligne verte, de Stephen King, qui me donne des frissons d’horreur, et que j’ai dû mal à lire plus de quelques dizaines de minutes à la fois… Et bien, malgré tout, lire, c’est vraiment ce qui me fait le plus de bien ! J’ai lu aussi beaucoup de beaux articles chez mes blogueuses chouchou, j’ai nommé Cynthia qui se questionne sur l’avenir du bloguing (et qui m’a d’ailleurs donné envie de reprendre ma plume ici pour ne rien dire) et Juliette, dont j’ai mille articles en retard. L’autre article qu’il fallait lire ce printemps, c’est sans doute Critique d’une écologie privilégiée de Pauline.

Ce que j’ai écouté

Contrairement à mes habitudes, pas beaucoup de nouvelle musique, si ce n’est celle qui me fait m’évader un peu, par exemple le nouvel album de Lizzo ou celui de Sharon Van Etten qui a écrit le magnifique morceau Seventeen qui fait vibrer toutes les fibres de mon corps.

Je suis aussi carrément tombée dans la pop presque sucrée (et surproduite) du premier album de Maggie Rogers, qui me parle pourtant beaucoup.
Je n’ai jamais accroché aux podcasts et pourtant, il y en a enfin un dont j’aime le format (et le thème, évidemment) qui fait mon bonheur pendant mes journées de travail : Les couilles sur la table. Passionnant, fin, intelligent, voilà, il est parfait, et c’est tout. Je me suis aussi prise de passion pour les replays de l’émission de France 2 « Ça commence aujourd’hui ». Je n’ai aucune culture télé, je n’en ai d’ailleurs même pas, de télé, je suis tombée dessus par hasard sur Youtube. Les talk-show, je connais pas, je ne pense pas que j’aime ça… Mais voilà, je trouve cette émission vraiment respectueuse (malgré quelques impairs), avec une présentatrice très ouverte !

Ce que j’ai vu

Je ne suis allée nulle part depuis décembre, si ce n’est en Provence pour voir la famille et dans ma région. D’ailleurs, je n’ai fait que ça, passer du temps avec mes proches, et c’est vraiment tout ce quoi à j’aspirais.

J’ai fait beaucoup de travail manuel et j’ai énormément jardiné. Je n’imagine pas aujourd’hui que le jardinage ne fasse plus partie de ma vie, ce qui me fait envisager des changements de vie drastiques (ne pensant pas un jour gagner les quelques millions au Loto me permettant d’avoir une maison avec jardin en agglomération lyonnaise). J’ai profité de l’air pur de la campagne et j’ai pu voir la nature se réveiller de cet hiver morose, semaine après semaine.

Je suis aussi allée à Marseille, sous une pluie battante pendant 48 h. Impossible, ou presque, de mettre le nez dehors. Mais c’est pas grave, j’étais en compagnie d’un troupeau d’amies avec qui il est toujours aussi agréable de passer du temps !

Ce printemps, il y a aussi l’événement qui explique en partie mon absence derrière l’écran : je me suis mariée. Sous un froid de canard et une pluie torrentielle (le prochain qui me dit « mariage pluvieux…….. », je ne réponds plus de rien). Mais c’était simple et beau (comme nous). Réunir nos proches à cette occasion est vraiment le plus beau cadeau que l’on ait pu se faire.

Suite à ça, nous sommes immédiatement partis convoler en noces (bonjour, je viens du 19e siècle) à Majorque, une île qui ne nous a pas plu, et qui est je pense le premier mauvais choix de destination que j’aie fait. C’est pas bien grave, même si ça me questionne beaucoup sur les attentes que l’on peut avoir avant un voyage (à croire que ça ne s’arrête jamais de tourner, là-dedans !). Il y avait tout de même de beaux endroits, mais il y a surtout eu toujours de bons moments. Alors, je ne demande rien de plus !
Je ne sais pas encore si je vais pouvoir ou vouloir écrire sur cette destination, car je ne sais pas jusqu’à quel point je peux exposer mes déceptions touristiques en ligne. À voir.

Et voilà, bloguer pour bloguer, je crois que ça fait tout simplement du bien. J’espère remettre le pied à l’étrier, et jusque là, n’oubliez pas que si je n’écris pas, je vous lis quand-même ! #bigbrother

Vous aimerez peut-être…

7 Commentaires

  • Répondre
    Zhu
    21 mai 2019 at 00:27

    Écoute, tu peux écrire tous les dix ans si tu veux, tant que tu fais des phrases comme ça : « Suite à ça, nous sommes immédiatement partis convoler en noces (bonjour, je viens du 19e siècle) à Majorque, une île qui ne nous a pas plu, et qui est je pense le premier mauvais choix de destination que j’aie fait. » Ça fait quinze minutes que je rigole comme une folle, tant sur la parenthèse que sur la chute de la phrase. Pas que je me réjouisse que tu n’aies pas aimé la destination, hein, chui pas sadique, mais c’est juste tellement bien dit! Je t »en prie, parle-nous-en! J’en ai ras-le-cul de lire des récits lisses de voyageurs absolument comblés par cet endroit tel-le-ment gé-nial! J’ai pour ma part détesté la Thailande, je ne suis pas fan de Cozumel et Feng a été traumatisé par Carnac (oui, chéri, c’est effectivement juste des pierres).

    Sinon, ben… félicitations! :-)

    (Puis t’as pas 1 000 articles de retard, chui pas si prolifique!)

    • Répondre
      isa
      2 juillet 2019 at 08:52

      Hey merci pour les félicitations !! J’ai déjà oublié que je suis mariée, alors j’imagine que c’est plutôt bon signe.
      Le traumatisme de Feng m’a fait éclater de rire. Je l’imagine hagard au milieu des dolmens

  • Répondre
    J
    8 juin 2019 at 01:25

    Je suis un lecteur régulier de ton blog et même si on ne se connait absolument pas, je te remercie pour tes conseils lecture dont je vais aller jeter un œil…
    Et félicitation, mariage pluvieux… mariage mouillé ?! Votre photo de couple est pas mal cute avec les têtes tronqués.
    Have fun !
    J de Mtl

    • Répondre
      isa
      2 juillet 2019 at 08:51

      Merci Jérôme pour ton message qui m’a vraiment fait plaisir. Mariage pluvieux, mariage pluvieux… :-D

  • Répondre
    Alban
    15 juin 2019 at 11:32

    Exposer ses déceptions ça peut être un très bon exercice d’écriture ;) Puisqu’on a plus souvent l’occasion d’écrire sur un voyage qui nous a plu que le contraire. En effet on part rarement vers une destination qui ne nous plaît pas, on prépare un minimum le terrain, on balise les choses… bref au final on obtient très souvent un bon voyage qui nous a plu. Ca peut être très intéressant à écrire je pense (et à lire of course)

    • Répondre
      isa
      2 juillet 2019 at 08:51

      Bon, du coup, c’est fait, j’ai pris mon temps mais je l’ai écrit ! (et c’est à cause de toi) :D

  • Répondre
    Audrey
    12 juillet 2019 at 14:20

    Merci pour ce billet qui fait du bien, un peu de simplicité et de racontage de vie, j’aime aussi ! Je note pour les lectures – le livre de Jean Hégland semble faire l’unanimité, il faut que je mette la main dessus. Oh, et félicitations pour votre mariage :)

Laisser un commentaire