Tour USA-Canada 2014 Travel Geek

5 anecdotes amusantes de mon tour des USA

5 août 2014

Au fur et à mesure que le temps passe, je me souviens de quelques anecdotes amusantes, ou tout au moins étonnantes. Trêve de blablas, place à d’autres blablas :

  1. Les rencontres, c’est ce qui fait la force d’un voyage ! Dans le train entre Jasper et Vancouver, je suis allée me socialiser (et surtout éviter le groupe de hipsters qui jouaient mal de la guitare dans mon wagon) dans le wagon restaurant. J’y ai rencontré un vieux monsieur, qui ne parlait pas un mot de français (tout en vivant à Montréal depuis 30 ans). Il m’a parlé de sa vie, du fait qu’il était célibataire, qu’il allait tous les ans en Thaïlande, qu’il aimait les jeunes femmes de 20 ans (PEDO ALERT), qu’il avait essayé d’en épouser deux mais qu’elle l’avait plaqué. Il était charmant. Charmant, mais tu flippes un peu quand-même.
  2. Toujours autour du train, à la gare de Portland, je demande mon chemin à un passant à vélo. Il descend de son vélo, m’indique le chemin jusqu’à mon auberge de jeunesse, puis décide finalement de m’y accompagner. Adorable ! Il me dit qu’il a toujours vécu à Portland, qu’il adore mais qu’il adorerait visiter la France. Le problème : étant donné qu’il a été condamné maintes fois pour détention, trafic de drogue et conduite sans permis, il n’a pas le droit de quitter l’Etat ni le pays. Ah. Il pose son vélo, puis le laisse contre le mur, en continuant à marcher. Je lui demande si on va pas le lui voler (question légitime), ce à quoi il me répond que ce vélo n’est pas à lui. Ah.
  3. Etre « IDed » aux Etats-Unis est super courant (comprendre, que le serveur nous demande notre pièce d’identité pour acheter de l’alcool, que ce soit au supermarché ou au restaurant). A Las Vegas, capitale du vice et des gens bourrés, je n’ai pas été IDed pour mon cocktail (vraiment pas sans alcool, pourtant). En revanche, quand j’ai commandé un jus de tomate et un verre d’eau au bar du casino, le serveur a refusé de me le servir si je ne lui montrais pas mon passeport. Logique !
  4. A la Nouvelle-Orléans, ma ville-coup-de-cœur (j’y reviendrai !), les gens me saluaient dans la rue. Étonnant, pour une ville aussi grande et aussi touristique.
  5. De manière générale, aux USA, dès que l’on me demande d’où je viens et que je dis que je suis française, j’ai deux réactions : Fantastic! ou What the hell are you doing here? Ça a été le cas à mon hôtel de San Antonio, Texas, où l’employé était vraiment étonné de ma venue ici. C’est plutôt sympa, San Antonio, pourtant !

Vous aimerez peut-être…

7 Commentaires

  • Répondre
    Zhu
    6 août 2014 at 04:02

    J’ai souri car je voyais bien la (les) scènes. Des fois, j’accompagne les personnes qui me demandent leur chemin, quand je vais dans la même direction. C’est plus simple que d’expliquer… par contre, mon vélo est à moi :lol:

    Je n’ai jamais eu de réaction négative quand je dis que je suis française (ou canadienne, d’ailleurs). Juste une fois ou deux en NZ j’ai entendu les mots « Rainbow Warrior ».

  • Répondre
    Monsieur Win
    8 août 2014 at 11:34

    J’ai eu aussi cette impression que, pour les américains, tout ce qui est hors de leur continent (et encore, juste le Nord, cad Canada et Mexique) se situe à des années lumières, voire sur une autre planète. En Floride certaines personnes étaient étonnés de savoir qu’on venait de si loin juste pour les vacances. Idem à NY, une vendeuse avec un sacré bagout nous a dit « You come from France ??? » avec l’interrogation prononcée. Bon elle surjouait un peu beaucoup car les français ne doivent pas être rares à Manhattan. Mais c’était assez marrant. Ou alors on se faisait griller par l’accent direct ! Ou à l’inverse à Key West le vendeur d’un fast food s’est mis à nous parler français spontanément (il était haïtien, enfin c’est ma déduction). C’était marrant (et sympa).

    Dans le genre bizarre, et glauque, on est tombé sur un SDF dans un état second en train de comater sur un banc dans le métro de NY. Sur le coup j’ai pas percuté, et puis les SDF sont (malheureusement) courants dans les transports en communs, mais au bout de 30 secondes l’odeur insoutenable est venue jusqu’à mes narines… Et la fin du trajet a été vraiment pénible ! :(

    • Répondre
      isa
      11 août 2014 at 07:38

      C’est le cas… Je pense qu’il y a plein de choses qui expliquent ça, notamment la qualité du système scolaire, mais aussi le fait que les congés payés ne sont pas obligatoires aux USA, ce qui veut dire qu’une bien grande majorité des Américains n’en ont pas, ou alors seulement deux semaines, et tu ne les utilises pas pour voyager… C’est un peu la vie entre soi. Tu voyages quand tu es jeune et avant d’entrer dans la vie active (si tu en as les moyens) ou quand tu es retraité (si tu en as les moyens), et c’est à peu près tout !

      Ah oui, pas cool… :(

  • Répondre
    Monsieur Win
    8 août 2014 at 11:39

    Et à l’inverse, à Séville, on est tombés sur un couple de quinquas américains en voyage qui se sont installés à côté de nous au bar de l’hotel pour appeler toute leur famille en facetime. Bon c’était long et pas vraiment discret, mais le mari est venu nous voir pour nous demander si ils ne nous gênaient pas trop car il ne pouvait se connecter au wifi que de cet endroit. J’ai trouvé cette forme de politesse assez distinguée. Sans faire de cliché, je ne crois pas qu’un français aurait pris cette peine :twisted:

    Avec le recul j’aurais bien engagé la conversation avec eux, ils avaient l’air très intéressant, j’ai cru comprendre qu’il était médecin et qu’il venait en Espagne rencontrer des confrères et visiter des hopitaux.

    On aurait peut être fini par se faire inviter chez eux… :mrgreen: Mais bon j’étais crevé après une journée de marche et puis je voulais pas non plus les déranger.

    • Répondre
      isa
      11 août 2014 at 07:36

      La courtoisie américaine, c’est sûr qu’elle est plutôt chouette. Enfin, en général. Les touristes américains sont quand-même parfois pas toujours très fins à l’étranger (mais c’est le principe du touriste, non ? :D)

  • Répondre
    Joana
    19 août 2014 at 20:45

    Excellent tes rencontres ! Ca m’arrive jamais de rencontrer des gens comme ça dont tu te dis, une fois la conversation terminée, WTF ?? Enfin, ou peut-être que je m’en souviens pas…
    Mais je suis complètement d’accord, les rencontres c’est vraiment ce qui fait le charme des voyages !

    Aah, en fait, j’ai une anecdote qui me revient. Rien à voir mais c’est marrant donc je te la raconte. En Thaïlande sur une île qui enchaîne les bars et les salons de tatouage (super stratégie de la part de ces derniers, tu vas voir), j’avais sympathisé avec plusieurs autres jeunes avec qui je faisais la fête tous les soirs. Un matin, on se retrouve tous sur la terrasse de l’hôtel, et un des mecs, un canadien, dit « tiens ça me fait un peu mal en bas du dos, tu veux pas voir si je me suis pas fait piqué par un truc ? ». Il soulève sa chemise, montre son bas du dos à tout le monde et là….. gros blanc. Personne n’osait parler ! C’était pas une piqure de moustique qu’il avait mais un tatouage ! Fait la veille en rentrant de soirée, il avait complètement oublié :/ Et devine ce qu’il s’était fait tatouer ? « Made in Canada »… La classe !

    • Répondre
      isa
      1 septembre 2014 at 12:01

      Noooooon !!!!!!!!! Le boulet ! (désolée mais argh, je suis pas trop « tatouage sous impulsion »!)

Laisser un commentaire