Rechercher une catégorie

Ontario, Alberta & B-C

Ontario, Alberta & B-C

Ontario, Alberta & B-C Tour USA-Canada 2014

Je n’ai pas aimé Vancouver, cette ville « plate »

2 juillet 2014

Vancouver-2

Je crois que l’expression québécoise « plate » n’a jamais autant correspondu à ce que je veux dire précisément. J’imagine que je pourrais aussi dire « chiante » et « ennuyeuse », ça marche aussi…

J’ai mis du temps avant de me décider à propos de Vancouver, j’y suis même restée deux semaines pour me poser et bosser un peu (et dormir, aussi, chose que je n’avais pas fait depuis 3 semaines). Je voulais aimer Vancouver, je voulais vraiment aimer cette ville. Peut-être que j’en attendais trop ? On m’a dit de très nombreuses fois que c’était une ville fantastique, dans un cadre sublime…

Chaque année, de nombreux PVTistes choisissent cette destination et pour cause, la description fait rêver : ville dynamique de la cote ouest, encadrée par des forêts et des montagnes, toute proche donc, de la nature sauvage et des parcs de la Colombie-Britannique. Toute proche des USA, de l’île de Vancouver et des ferrys qui embarquent pour l’Alaska !

Oui, mais…

Vancouver est moche. Je suis désolée, Vancouver est très laide, et le cadre ne fait pas tout. Bien-sûr que les plages sont sublimes, que les montagnes enneigées le sont aussi, mais quelle skyline affreuse ! Vancouver, c’est 100% de condos gris qui se dressent dans le ciel (encore pire que Toronto, de ce point de vue là). Il n’y a pas un seul bel immeuble qui se démarque des autres. Lorsque je parlais de cette réserve à des Vancouverites (Européens d’origine), ils me répondaient que c’était parce que j’étais Européenne et que je ne suis pas habituée aux villes récentes nord-américaines.

Oui mais non. Je veux pas sortir un argument d’autorité mais je vais le faire quand-même : j’ai visité beaucoup de villes nord-américaines, des petites, des grandes, sur la côte ouest, sur la côte est, au milieu, et ouais… Vancouver est moche. Il y a quelques maisons victoriennes au centre-ville qui valent le coup, mais elles sont encadrées par des condos : je ne leur donne d’ailleurs pas bien longtemps à vivre. Mon amie Canadienne qui m’accueillait en ville, architecte, m’a dit qu’à Vancouver c’était du grand n’importe quoi, et qu’ils détruisaient tous les bâtiments historiques, ces derniers temps.
A cet argument que je lui avais emprunté, les fameux Vancouverites dont je parlais plus haut me disaient que oui, il n’y a pas le choix, Vancouver ne peut guère s’étendre du fait de sa localisation, donc il faut construire en hauteur. Je comprends tout à fait l’argument économique, mais pour moi il ne vaut pas, il n’est pas légitime. Lorsque l’on pense sur le long terme et non sur le profit immédiat, on se rend compte qu’on n’attire pas les touristes dans une ville grâce à des condos moches, mais grâce à des bâtiments historiques et une culture forte. Grâce à une ville pleine de charme. Aaaah, l’argent…

J’ai aussi découvert une espèce de rivalité Vancouver – Seattle, en mettant les pieds dans le plat en disant que j’avais beaucoup apprécié cette ville, juste de l’autre côté de la frontière. 4 ou 5 Vancouverites m’ont dit que Seattle était moche, craignait et qu’il n’y avait rien à faire. Étrange, n’est-ce pas ? Les Vancouverites envieraient-il la vie culturelle vibrante de Seattle ? *polémique*

Hého, il y a quelqu’un ?

Houhouuuu ? Il y a quelqu’un ? Un bar ? Un pub ?
J’exagère un peu mais c’est vrai que le centre-ville de Vancouver n’est pas très animé. Il y a quelques endroits sympas mais on les compte sur les doigts de la main. La culture à Vancouver ? Mouais… Le théâtre a même fermé il y a deux ans… Il y a quelques concerts qui sont à mon goût, par contre.

Pour l’animation, il vaut mieux se rendre dans le quartier très branché de Commercial Drive, sans doute ce que j’ai préféré de Vancouver. Il y a de nombreuses micro-brasseries où on peut déguster une bonne bière (chère), et des petits restaurants sympathiques. En parlant de ça, je pense que je ne me remettrai jamais des sushis à Vancouver : environ 5 ou 6 dollars pour manger 18 makis. J’en ai mangé tous les jours, ça me coûtait moins cher que d’aller faire les courses ! (ça aussi, il faut le savoir… Vancouver, ça pique le porte-monnaie).

Impossible d’écrire un article sur Vancouver sans parler de East Hastings. Même en en ayant entendu parler, en étant au courant, il est impossible de visualiser ce qu’est vraiment East Hastings. Ce n’est pas seulement quelques personnes qui mendient le long de la rue, c’est tout une communauté de camés : ados, vieux, femmes enceintes, prostituées, dealers (qui eux, bizarrement, ont l’air plutôt frais)… J’imagine que c’est tout simplement dû au fait qu’en étant sans-abri au Canada, il n’y a guère qu’à Vancouver que l’on peut avoir une météo clémente l’hiver. Quoiqu’il en soit, East Hastings est profondément choquant, et c’en est trop pour mon coeur tendre.

Oui, il y a des bons côtés, à Vancouver. Le fait que Stanley Park soit immense et en plein coeur de la ville, les plages, les belles vues sur les montagnes à chaque coin de rue, le Skytrain qui est plutôt efficace selon les standards nord-américains, la proximité avec la nature… Mais même en aimant randonner, je ne me verrais pas du tout m’installer à Vancouver la grise. Boooooring

Avez-vous aimé Vancouver ? Si oui, je suis curieuse de savoir pourquoi… Est-ce que c’est pour les mêmes raisons que je n’ai vraiment pas apprécié la ville ? Autre chose ? :)