Concerts/Musique

J’ai vu Pulp en concert (à Hyde Park)

C’est à peu près la seule chose à laquelle je pouvais penser après le concert de ce dimanche 3 juillet à Londres : « J’ai vu Pulp en concert !! ». Il était impossible de penser pendant le concert, tant j’ai été comblée d’avoir enfin entendu Sunrise, Pink Glove et même la grande surprise Mishapes. Je ne vous parle évidemment pas de l’épique « Common People », qui est, il faut le dire, la meilleure chanson pop de tous les temps.

Le concert avait lieu dans le cadre du Wireless festival (sponsorisé par Wireless et Barclays, entre autres, ça me fait toujours un drôle d’effet d’aller dans un lieu « culturel » bardé de publicités) sur la plaine à l’est d’Hyde Park. Si vous êtes un lecteur assidu, vous savez que je déteste les concerts londoniens, quels qu’ils soient. Le public y est agressif, malpoli, (bourré), et surtout, n’arrête pas de parler très fort de leur journée précédente. Cette fois-ci, cependant, c’était un peu différent, alors que je m’attendais au pire : un festival en Angleterre, l’horreur absolue ! Pourtant, nous avons eu la chance d’être entourés par un petit groupe d’une dizaine de fans, qui connaissait les chansons par coeur et qui n’hésitait pas à danser et à bouger ! Un public londonien enthousiaste, que diable ?!

 

La nuit tombe peu à peu sur Londres, et Pulp arrive enfin en scène : ‘Do you remember the first time? » retentit et la foule devient folle. Disco 2000, Bar Italia et F.E.E.L.I.N.G C.A.L.L.E.D L.O.V.E sont les autres points culminants du concert (en ce qui me concerne, je trouve que toutes les chansons sont un point culminant). Mais lorsque retentit enfin « Common People », celle que tout le monde attend depuis le début, c’est la folie. Je crois n’avoir vécu cela que très rarement en concert : 50 000 personnes sautent, lèvent les bras, chantent à tue tête et dansent. Ajoutez à ça les supers effets lumineux qui éclairent Hyde Park. Et… le déhanché de Jarvis. J’aurais pu me damner pour voir ce déhanché. Et après des années d’attente pour le voir, j’ai juste du aller à Londres.

Une chose est sûre cependant, je n’irai plus jamais à Londres pour voir un concert, sauf si Pulp se reforme. Ah… mais c’est fait maintenant.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

Pas de commentaires

Envoyer un (gentil) commentaire