France, Provence

Une journée d’hiver à Sète

De retour en France, autant en profiter pour continuer à découvrir mon beau pays…


Profitant d’une paire de billets preum’s et d’un week-end enneigé à Lyon, je saute dans un TGV qui met le cap vers le Sud. En parcourant la France, je suis toujours étonnée de la vitesse à laquelle les paysages changent. Au bout d’une vingtaine de minutes, je pouvais déjà observer les vignes nues de la Drôme et au bout d’une heure, j’étais déjà à Nîmes et j’apercevais la garrigue. Même après y avoir vécu toute ma vie et l’avoir beaucoup parcourue, je suis toujours étonnée de la beauté et de la diversité de mon beau pays.

Ma rencontre avec Sète (Hérault) date de mon premier voyage scolaire, en CM1. Pour la toute première fois, je partais en vacances pendant une longue semaine, avec mes copines, et sans mes parents ! Enfin… théoriquement, puisque mon maître de CM1, c’était aussi mon papa… Qui a d’ailleurs bien joué le jeu, puisqu’il a fermé les yeux sur les éventuelles bêtises qui peuvent se passer dans une chambre occupée par 3 filles de 11 ans. Je me souvenais encore du code secret qui nous permettait d’entrer dans notre chambre : CIPAS (Clémentine, Isabelle, Pauline à Sète, que les enfants sont créatifs).

En cherchant sur une carte SNCF quelle serait la destination idéale entre Toulouse (d’où venait mon amie) et Lyon, Sète s’est imposée. Et puis, ça allait me rappeler de bons souvenirs…

sete2

La petite ville est toujours aussi jolie, située sur une langue de terre entre la belle Méditerranée et l’étang de Thau. Quel plaisir de sentir l’odeur des algues, dès ma descente sur le quai de la gare ! Entre les différents canaux se dressent de beaux petits immeubles languedociens, très colorés, au pied de l’imposant Mont St-Clair (183 mètres d’altitude, quand on démarre la balade au niveau de la Mer, on les sent passer !). Par temps clair, la vue depuis le belvédère est imprenable et à 360°. En descendant le Mont, un petit détour vers la corniche et le cimetière marin est indispensable.
Le dimanche, tout est plus calme. La seule activité de la ville semble émaner du marché couvert (je vous laisse deviner : on y vend du poisson !).

sete4

sete5

Une visite dans le Sud, c’est aussi une bonne occasion pour moi de ramener un peu à Lyon un bout de cuisine méditerranéenne : des tielles aux moules locales, quelques madeleines au citron, des petits biscuits secs aux herbes de Provence…

sete8

La Méditerranée est toujours magique, hors-saison. On est seules. Pas de touristes qui essayent d’attraper un cancer de la peau sur la plage, pas de circulation, pas de bruit. Juste la mer et les mouettes !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être lire...

6 Commentaires

  • Envoyer Caroline 11 février 2013 at 21:10

    C’est sûr que je ne t’imagine pas te précipiter à Sète en plein mois d’août :wink:

    • Envoyer isa 16 février 2013 at 14:38

      Arf, ça c’est clair !

  • Envoyer Zhu 11 février 2013 at 23:35

    Je connais la ville de nom mais c’est tout. En fait, je connais mal la France, un comble! C’est sympa de jouer au touriste dans son pays je trouve. J’y prends du plaisir aussi, au Canada ou en France.

    • Envoyer isa 16 février 2013 at 14:39

      Ralalala ! La prochaine fois que vous traversez l’Atlantique, accordez vous un petit voyage dans notre beau pays ! :)

  • Envoyer Lucile 15 février 2013 at 13:17

    ce séjour m’a réconcilié avec Sète :smile:

    • Envoyer isa 16 février 2013 at 14:39

      On partait de loin, mais j’en suis ravie !

    Envoyer un (gentil) commentaire