Europe

10 choses à savoir sur Amsterdam

16 octobre 2013

A l’occasion d’une virée parisienne, je me suis dit que j’avais vraiment besoin de partir à l’étranger, et d’entendre parler une autre langue que le français pour quelques jours.

De Lyon, ce n’est pas si évident : même si la Suisse, l’Italie ou même l’Espagne ne sont pas si loin, ce ne sont pas des pays facilement accessibles en train (mon mode de transport privilégié). Bizarrement, je n’avais pas trop envie d’aller passer l’après-midi à Genève alors… J’ai sauté dans le Thalys pour découvrir une nouvelle ville, et un nouveau pays !

N’ayant pas vraiment passé 4 jours touristiques « à fond », à visiter tous les musées, tous les quartiers, il m’est difficile d’écrire des articles précis sur la ville. J’ai préféré me balader au gré du hasard. Je préfère donc vous donner mes ressentis en 10 points, en vous faisant découvrir l’Amsterdam que j’ai vécu !

1. Amsterdam, cette ville paisible

Dès que l’on quitte le quartier de la (magnifique) gare centrale, la première chose qui saute aux yeux (et aux oreilles), c’est le calme absolu. Il n’y a presque pas de voitures (même sur les grandes artères de l’ouest de la ville), on entend tout juste quelques sonnettes de vélo et quelques bateaux naviguer sur les canaux.

amsterdam-10
Je ne dis pas que la ville est morte, loin de là, on trouve un café ou un bar à chaque coin de rue, mais en quelques mètres, on peut se retrouver dans une ruelle sans AUCUN bruit. Très dépaysant, pour une capitale européenne.

2. Amsterdam, cette ville de hippies

Tout le monde se déplace à vélo, les salles de sport, les spas et les piscines publiques sont très nombreuses, les petites boulangeries / pâtisseries sont légions, les gens ont l’air de prendre soin d’eux, de manger bien… Les lieux culturels branchés sont très nombreux. Plutôt qu’hippie, devrais-je dire bobo ?

3. Le quartier rouge, c’est super glauque

Je suis bien triste de lire sur certains sites que c’est la seule chose à visiter, à Amsterdam. Je dirais au contraire que c’est la seule chose à ne pas visiter ! Nous sommes arrivés dans le quartier complètement par hasard, en flânant. Le quartier rouge n’a que quelques beaux  bâtiments, le reste est un peu délabré. Il n’y a pas le charme que peut encore avoir Pigalle non plus. C’est juste des femmes collées aux fenêtres.
Si vous ne venez pas pour une passe, il n’y a vraiment rien à faire au quartier rouge. Même les coffee shops sont plus glauques que la moyenne ! Ou alors j’ai loupé quelque chose ?

4. Tous les coffee shops ne se valent pas

C’est tout simple : les coffee shops, c’est comme n’importe quel café. Y’en a qui passent du rock, d’autres du jazz, d’autres du reggae. Y’en a qui sont super sympas et cosy, d’autres franchement sombres et tristes. Y’en a qui ont de grandes terrasses tandis que d’autres sont des cavernes. Il y a des petits coffee shops de quartier, d’autres ultra-réputés et touristiques. En gros, il y en a pour tous les goûts !
Fumer n’est pas non plus un passage obligé en venant visiter Amsterdam. D’ailleurs, je pensais voir plus de jeunes majeurs venant se défoncer légalement pour la première fois au cours de leur rite initiatique du passage à l’âge adulte, mais dès que l’on s’éloigne du centre-ville piéton, ce n’est pas du tout le cas !

5. Un canal, des canaux

Je savais qu’il avait des canaux, mais je ne pensais pas qu’il y en avait AUTANT. Ok, ok, j’aurais dû regarder une carte, me direz-vous. N’empêche que je ne pensais pas que le réseau de canaux était aussi étendu, y compris dans les quartiers moins centraux.

amsterdam-5

Dans la ville historique, les canaux sont disposés en demi cercles concentriques, ce qui rend la navigation à pieds plus qu’hasardeuse. Pas facile de se repérer à Amsterdam, de prévoir s’il va y avoir un pont pour traverser ou pas… Mais cela en fait la ville idéale pour flâner et se perdre !

6. Découvrir le quartier du Jordaan

Mon gros coup de cœur à Amsterdam, et ça tombe bien, car c’était le quartier où nous étions logés. Le Jordaan est un quartier sublime : petites ruelles fleuries, quais où sont amarrées des péniches verdoyantes, plein de petits bars de quartiers, petits restos pas trop chers et une tranquillité incroyable !

amsterdam-8

C’est un quartier encore populaire (pas si loin que ça du centre, le quartier est à 2 km de la gare, mais pour une « petite » ville comme Amsterdam, c’est déjà pas mal). Toutes les rues du quartier portent des noms de fleurs, l’architecture est diverse : des grosses demeures flamandes aux logements ouvriers plus modestes (mais non moins sublimes).

amsterdam-9

Le haut-lieu de Jordaan est tout de même la Anne Frank Huis, que je n’ai pas eu le temps d’aller visiter, découragée par les heures d’attente annoncées.

7. Le FOAM’s photography museum

Je reviendrai donc pour visiter la maison d’Anne Frank et pour le Rijksmuseum (le bâtiment est sublime, mais la découverte de ses collections doivent au moins prendre une bonne journée).

20130922_162421

En attendant, direction le FOAM, une demeure flamande superbement rénovée : on se promène dans de grands volumes modernes, tout en gardant toujours une vue sur l’immense jardin traditionnel, mis en valeur grâce à des baies vitrées presque tout le long de la façade arrière. Seul hic : impossible d’entrer dans le jardin, ce qui est un tantinet frustrant…

umeko from the series the afronauts 2012 c cristina de middel_TopCarousselSquare

Photo de Cristina de Middel

Le musée en lui-même est intéressant, les expositions ne se valent malheureusement pas toutes : on passe d’une expo assez lassante à celle, brillante, de Cristina de Middel avec « The Afronauts », sa reconstitution photo du programme de la « course à la lune » lancé par la Zambie, pour concurrencer les USA et l’URSS.

cleveland ohio 2009 c lee friedlander_TopCarousselSquarePhoto de Lee Friedlander

Même à Amsterdam, j’arrive à retourner à mes premières amours, c’est à dire les routes américaines, grâce aux photos de Lee Friedlander et sa série « America by car ». S’il est amusant d’essayer de devenir quels endroits Friedlander a parcouru et photographié, les clichés sont peut-être trop nombreux et trop répétitifs pour en profiter pleinement.

Bref, un musée à visiter absolument, pour les amoureux de photo !

8. Heineken et restos thaïs

Comme dans toutes les villes du Nord que j’ai visitées (c’est à dire, pas beaucoup d’entre elles), aller au restaurant est TRES cher. On peut facilement compter dans les 25 euros minimum pour un plat dans un resto flamand (pas forcément classieux). Par contre, la nourriture étrangère, en particulier asiatique (et espagnole, le nombre de restos à tapas est assez incroyable) est vraiment bon-marché. On peut très bien manger à Amsterdam, pour pas si cher que ça !
Les petites boulangeries proposant des sandwiches incroyables (je me rappellerai toujours avec émotion de mon sandwich à la roquette – dinde – huile de truffe et pain noir pour 6 euros) sont très nombreuses (n’oubliez pas une petite part de carrot cake en dessert). Pour se caler le ventre à midi, direction De Laatste Kruimel (pour  goûter le sandwich sus nommé). Tout y est trop bon, dans une ambiance ultra-conviviale (les hipsters sont un peu de sortie le dimanche matin), et pas très cher. Une revue avec plein de photos appétissantes ici. Les jus de fruits y sont déments.

Les restos thaïs sont sans doute les plus présents. Mon coup de cœur : Som Tam Thai dans le Jordaan.

20130921_211324

Qui dit Amsterdam, dit Heineken ! Ce n’est habituellement pas ma bière de choix, un peu trop bière-panaché pour moi, mais bon, c’est quand-même une bière légère pas trop mal. A Amsterdam, de toute façon, vous n’avez que deux choix locaux : Heineken ou Amstel ! Le prix des pintes peut varier du quitte au double (7 euros pour le centre, plus proche de 4 euros pour Jordaan). Afin de tester une tradition locale, j’ai accompagné ma pinte avec de l’alcool de jenever (genièvre), mot que je n’arrivais absolument pas à prononcer (c’est du flamand, en même temps). L’idée ? Une mini-gorgée de jenever et une grosse gorgée de Heineken pour faire passer le feu de l’eau de vie. Il m’a fallu une grosse dizaine de minutes pour avoir très chaud, et (je crois) être très bourrée.

amsterdam-1

Les cafés bruns sont agréables à la fois pour leur grande sélection de bières et pour leurs lunchs pas chers. Ce sont généralement des cafés ouverts depuis plusieurs centaines d’années, dont les murs sont pâtinés par la fumée de tabac ! Ils sont bruns, donc.

9. A Amsterdam, il fait jamais franchement chaud, ni franchement soleil

Nous sommes allés en ville juste avant les grands froids, mi-septembre, et pourtant, nous n’avons eu que du ciel gris, et une brise fraîche qui rend la truffe froide. Ce qui était mignon, c’est qu’ils ont annoncé du soleil pendant 4 jours, sur place. Comme quoi… tout est relatif !

10. Je veux un vélo

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le vélo, des p’tits, des grands, des verts, des rouges… (pardon)

amsterdam-12

Dès que l’on foule la place principale de la gare, on comprend la folie du vélo. Un parking à vélo sur plusieurs étages annonce la couleur ! J’étais prévenue de la folie-vélo, mais pourtant, ça m’en a quand-même bouché un coin. Il faut savoir que les vélos sont prioritaires sur tout. En gros, à une intersection :

  1. Les vélos. Ils ne freinent de toute façon pas, car ce sont des vélos à pignon fixe.
  2. Le piéton. Même les trams s’arrêtent pour laisser passer bibi ! Par contre, il faut être très prudent, car n’oubliez pas que le cycliste est roi. En traversant une piste cyclable, il faut regarder à droite et à gauche (comme la maîtresse – ou votre maman vous l’avait appris)
  3. Le tram. Qui est conduit comme un bus, sauf qu’il y a des rails
  4. Les bus. Qui est conduit comme un tram, sauf qu’il y a pas de rails
  5. La lie de l’humanité amsterdamoise : la voiture !

Voilà pour mon petit résumé en images. J’espère que cela vous aura donné envie sauter dans le Thalys !

Vous aimerez peut-être…

20 Commentaires

  • Répondre
    Pool
    16 octobre 2013 at 19:46

    Aaaaah, ce salon de thé…

    Bref.
    http://www.6mois.fr/Les-Afronautes
    Il t’attend à la maison…

    • Répondre
      isa
      17 octobre 2013 at 19:13

      Je rêve d’un bon gros sandwich ce soir ! (et merci ;) )

  • Répondre
    Lucile
    17 octobre 2013 at 09:41

    Ca c’est un chouette article !

    Alors je pense que le quartier rouge est cool la nuit surtout. Lorsque les néons viennent se refléter sur la peau, rendue par là même un peu plastique, des poupées qui attendent sagement dans leurs maisons que l’on vienne jouer avec.

    Le calme !! Je n’osais même pas lever la voix parfois. Et concernant le vélo, une de ses « perversions » c’est sans doute ces espèces de carrioles attachées au vélo des parents dans lesquelles ces derniers entassent leurs enfants.

    • Répondre
      isa
      17 octobre 2013 at 19:13

      Alors pour ça je te crois sur parole ! Mais je ne pense pas que je le trouverais moins glauque. Juste plus joli et poétique ! :D

  • Répondre
    Zhu
    17 octobre 2013 at 18:43

    Sympa les photos et la virée, ça donne envie! Malheureusement, tout ce que je connais d’Amsterdam, c’est l’aéroport (plein de tulipes). Mes deux derniers vols Canada-France passaient par Schipol (orthographe?).

    Je me demande bien quel rapport les hollandais ont avec la drogue. Est-ce que c’est un cliché, genre le même que les français se trainent avec le sexe? (Car non, lecteur étranger, tous les français n’ont pas une tripotée de maitresses, juste les hommes politiques… et tout le monde ne tutoie pas les videurs des clubs échangistes, sauf les animateurs télé :lol:)

    Je ne pensais pas non plus que la bouffe était si chère. En Finlande, j’avais été choquée par les prix, mais je ne vois pas la Hollande comme un « pays du nord » finalement. La bouffe était abordable à l’aéroport en tout cas, Starbucks aussi (contrairement à certains pays où le ton est donné dès qu’on arrive!).

    • Répondre
      isa
      17 octobre 2013 at 19:12

      Je me doute qu’en famille c’est un peu plus difficile de sortir de l’aéroport pour aller passer quelques heures en ville, mais Amsterdam en vaut vraiment le coup !
      Pour la drogue, c’est une très bonne question. Dans les coffee shop hors des quartiers touristiques, il y avait un peu de monde (donc on pourrait penser que c’est des locaux). Je ne pense pas que ce soit si courant que ça de fumer, pas régulièrement en tout cas…. Mais à creuser !
      Pour la bouffe, la différence de prix se ressent déjà même en Belgique je trouve :)

  • Répondre
    Alban
    18 octobre 2013 at 21:55

    Alors la Heineken-Jenever, je demande à tester ! :grin:

    • Répondre
      isa
      21 octobre 2013 at 15:41

      Si tu aimes cracher le feu, il faut ! :D

  • Répondre
    Hélène
    21 octobre 2013 at 19:48

    Oh que oui ça donne envie!
    quand je pense que ma cousine y vit et que je ne prends pas le temps d’y aller…J’ai du mettre les pieds là-bas il y a pas loin de 12 ans…
    Mais j’ai fait les 2 visites que t’as citées comme non faites! :razz:
    La maison d’Anne Frank, c’est quelque chose…troublant…ça donne « vie » (si je puis me permettre) à ce que t’as lu ou appris…ça m’a complètement retournée!
    Et le Rijkmuseum est à voir absolument aussi!!!
    Bref, de quoi donner envie d’y retourner!
    Merci pour le voyage Isa! :razz:

  • Répondre
    Johanna
    11 novembre 2013 at 00:43

    Ah oui, je suis d’accord, le quartier rouge, c’est au moins absolument inintéressant. Enfin, on a vite fait le tour.
    Quant à la météo, j’y étais allée en mai il y a quelques années, il faisait plutôt beau. On campait même dans l’unique camping de la ville (plein de Français défoncés… c’est plutôt nous autres que les Hollandais qui avons cette réputation vis-à-vis de la drogue pour répondre au commentaire de Zhu).
    Et, pour ma plus grande joie, j’étais en vélo à Amsterdam. Je pouvais faire retentir ma sonnette à tous les coins de rue pour faire dégager ces maudits piétons ! :D Par contre, comme je n’ai qu’un VTT, je faisais touriste malgré tout.

  • Répondre
    me in Amsterdam
    10 mai 2014 at 19:37

    Pour la maison d’Anne Frank, quand c’est la haute saison, il faut se lever tôt pour faire le moins de queue, et encore, le week-end il vaut mieux éviter. Bien que ce ne soit pas dans le Jordan à proprement parler (Le Jordaan est de l’autre coté du canal), je recommande sa visite.

  • Répondre
    Julie - La Boucle Voyageuse
    19 juin 2014 at 22:56

    Super billet pour me mettre en « appétit » avant mon propre séjour.
    Je pense que l’on ira quand même faire un tour au quartier rouge, par curiosité (et parce que je sais que MrBoucle voudra aller voir pour se faire sa propre idée).

  • Répondre
    Visites à Amsterdam
    24 juin 2014 at 10:48

    Le quartier rouge n’est pas glauque, c’est simplement un endroit un peu spécial. Le quartier se situe dans l’une des parties les plus vieilles de la ville et il y a de superbes bâtiments. On y vient pas seulement pour regarder les vitrines curieusement mais aussi pour y manger dans l’un des nombreux restos.

    • Répondre
      isa
      2 juillet 2014 at 10:52

      Je n’en démordrais pas, le quartier rouge est glauque (il est vrai plus le jour que la nuit). Même les magnifiques (il est vrai) immeubles ne sont pas mis en valeur…

  • Répondre
    Tara
    7 juillet 2015 at 16:23

    Très bien écrit et de très bons conseils! J’ai pris quelques notes! merci

  • Répondre
    Maboul
    23 août 2016 at 20:52

    Bon, alors, si vous êtes Français, forcément manger coûte plus cher hors frontières, surtout en allant vers le nord; mais il y a toujours moyen de trouver resto à son estomac pour un prix abordable.
    Par contre, les Flamands, c’est vraiment QUE en Belgique (ou dans le Nord – de la France).
    Aux Pays-Bas, ce seront plutôt des Hollandais ou Néerlandais. La différence? Le parler est (beaucoup) plus gutural, même que pour certains Allemands, le Hollandais serait une maladie de la gorge (SIC); de plus, la chance de trouver quelqu’un qui parle français diminue de 99% par rapport à la Belgique flamande – mais là, pour leur faire cracher le français qu’ils ont appris, mieux vaut demander avec l’accent TRES français (genre « marseillais »).
    Ensuite, le Hollandais moyen sera porté vers la radinerie – expériences vécues.
    Les coffee-shop sont connus et fréquentés par de nombreux Belges, surtout aux frontières (Maastricht).
    Côté vélos, ce sont les champions d’Europe, et peut-être seconds du monde, après les Chinois.
    Cela se sent aussi dans les villes flamandes (comprenez « belges », comme Bruges, Gand et Anvers), mais avec moins d’insistance … et plus de voitures – bref, dans les plats pays.
    Pour le reste, ce sera bientôt à nous de découvrir Amsterdam … sauf le quartier rouge sans intérêt pour nous!

    • Répondre
      isa
      6 septembre 2016 at 10:13

      Merci pour ces précisions ! Une amie Belge bilingue me dit toujours qu’elle parle non le Flamand mais le Néerlandais, en revanche.

  • Répondre
    PAB
    17 janvier 2019 at 09:44

    Excellent cet article ! Il va nous aider pour ce week-end :)

    • Répondre
      isa
      13 février 2019 at 10:08

      Merci PAB !

  • Répondre
    Charlie
    6 mars 2019 at 22:56

    J’y suis actuellement et le coup du tram m’a bien fait rire car je l’ai regardé avec des grands yeux tout perdus quand tout à l’heure il m’a fait signe de traverser alors que j’attendais pour le laisser passer ahahah J’aime cette ville. Je ne veux plus la quitter :(

    Bravo pour cet article !

Laisser un commentaire