Concerts/Musique

Patrick Wolf au Nouveau Casino

10 octobre 2009

Ce titre énigmatique n’est rien d’autre que les premiers vers de la chanson « Paris », de Patrick Wolf, et il me permet d’inaugurer une nouvelle rubrique « Concerts » de ce blog, que je me suis toujours interdite de créer, mais je me suis rendue compte que les concerts étaient tellement liés aux voyages… elle a donc tout à fait sa place ici.
Vendredi soir, une petite virée à Paris était le prétexte pour aller voir Patrick Wolf, au Nouveau Casino. Située dans un quartier que je connais très peu et ma foi très branché (tout en restant agréable), la salle est sympa et chaleureuse (… c’est le moins que l’on puisse dire). Le concert était sold-out, on ne pouvait pas entasser plus de 400 personnes. Après une première partie interminable (un groupe suédois absolument atroce, looké Tokyo Hotel), Patrick Wolf entre enfin en scène. Le show commence dès qu’il arrive, théâtralement, comme d’habitude, avec une veste en velours, une fraise et poudré de blanc. Magistral… Quel bonheur de le retrouver enfin, après nos concerts londoniens. J’ai écouté The Bachelor un nombre incalculable de fois depuis sa sortie et la setlist m’a vraiment ravie, elle était très complexe, très dense, très longue, et nous avons eu droit en prime à un inédit vraiment inédit, qu’on pourra bientôt entendre sur son prochain album The Conqueror (qui devrait sortir en début d’année 2010). 

Patrick Wolf a un don, celui de transformer n’importe quelle salle de concert en boîte de nuit surréaliste. Il sait passer d’une chanson en solo au piano à une chanson disco, avec une maîtrise parfaite. Il maîtrise tous les instruments : violon, piano, guitare, avec aisance. Je le savais déjà donc je n’ai pas été surprise mais la maîtrise de sa voix est incroyable. Il y a bien-sûr quelques couacs (c’est ce qui fait le charme du live!) mais sa voix est devenue de plus en plus forte avec le temps, de plus en plus limpide, il sait tout faire… Pour vous donner un ordre d’idée, c’est l’opposé absolu d’un Chris Martin.

Je crois qu’il a charmé toute la salle hier, même les « non fans » (je suis déjà conquise depuis quelques années, et j’ai été ravie de voir que mes amis l’ont été peu à peu, au fur et à mesure de l’avancement du show). C’était une soirée spéciale pour lui, qui est un amoureux de Paris, ville qu’il a découvert pendant son adolescence et pendant l’écriture de son premier album. D’après lui, c’était un des meilleurs concerts de la tournée… Et on l’a bien senti, c’était tout simplement spécial. Il parle beaucoup, il communique beaucoup, et est vraiment drôle… Il est tout simplement Lui, quand on connait un peu sa personnalité. Il a beau faire sa diva et jouer son personnage pendant les chansons (et vas-y que je me fais tripatouiller par une groupie hystérique, que je prends la pause, que je joue ma reine de la nuit…) mais lorsqu’il parle (et comme il le dit lui-même, il parle beaucoup!) il est tout simple, tout timide, à croquer. Il a donné beaucoup au public, et nous lui avons bien rendu. Je crois qu’il a vraiment été étonné par l’accueil que la salle a réservé à l’inédit dont je parle plus haut, une chanson disco-éléctro, très proche d’un titre de Lycanthropy, mais plus mature.

Parce qu’il n’y a pas à dire, Patrick a beaucoup mûri, et même si je n’ai pas eu la chance d’assister à ses tournées précédentes, on sent vraiment cette présence, cette aura qu’il dégage aujourd’hui, et qu’il ne dégageait pas autant avant. Cette assurance aussi, cette beauté unique qu’il a, même en shorty de latex… Son petit tatouage de licorne… Patrick Wolf, c’est ce mélange de diva et de petit garçon timide, mais c’est surtout pour moi l’artiste solo qui me fait le plus rêver, l’artiste le plus créatif depuis quelques temps. Je commence à avoir une petite liste de concerts à mon CV mais celui d’hier était tellement vrai qu’il restera forcément dans mon Top 3… Deux heures d’un concert sexy et moite, ça ne s’oublie pas

PS : Je vole une petite photo live prise à l’Electric Ballroom en Juin

You Might Also Like...

3 Comments

  • Reply
    AnneSo
    11 octobre 2009 at 20:56

    Jolie revue :-)
    Quant à moi, je ne sais pas encore si je dois te remercier ou te détester pour ça :D mais tu m'en as tant parlé que j'ai fini par l'écouter vraiment, jusqu'à me décider à aller au concert… et maintenant je suis complètement envoûtée !! J'ai littéralement passé tout mon week-end à l'écouter en boucle, à redécouvrir des chansons que je trouvais déjà magnifiques, à m'extasier sur sa voix, sur la « cohérence » de ses albums… Je sais que je suis à la bourre de quelques années, mais ce concert de vendredi m'a plus que conquise, c'est le moins qu'on puisse dire !!

  • Reply
    Isa
    12 octobre 2009 at 09:09

    Merci!
    Hihi. Non mais je suis vraiment contente qu'il ai conquis toute la salle, qui était pourtant loin de l'être au début, malgré les groupies du premier rang. Je ne sais pas, il a quelque chose de vraiment spécial, et pas seulement dans l'élaboration de sa musique (même si je resterai toujours émerveillée par autant de créativité, de virtuosité et surtout de « j'fais c'que j'veux »), c'est vraiment lui que je trouve fascinant! J'ai vraiment hâte de le revoir, ce qui est pas déprimant, c'est que ce ne sera seulement que dans quelques mois…

  • Reply
    AnneSo
    12 octobre 2009 at 13:54

    Bah comptes sur moi pour la prochaine fois ! En France, à Londres (ouh comme ça serait bien !) ou ailleurs, je serai là !

Leave a Reply